Deux versions : « Lyonmag » et l’affaire des bagages à l’aéroport Saint-Exupéry

 

Coolamnews reproduit in extenso les deux articles parus hier dans Lyonmag.com. Le premier relate le point des vu des voyageurs alors que le second ci-après, recueille la version des bagagistes. Nul ne connait pour l’instant les raisons qui ont poussé les bagagistes à préférer décharger les bagages d’un avion arrivé après le vol Transavia en provenance de Tel Aviv.

Quand aux passagers de ce vol qui, excédés par l’attente, en sont venus aux mains avec les bagagistes, ils ont fourni l’unique argument qui plaide en leur défaveur. Espérons que l’enquête dépéchées par les services de l’aéroport lèvera enfin le voile sur les retards à répétion dans la livraison des bagages sur les vols en provenance de Tel-Aviv.

La version des bagagistes (Lyonmag.com)

Ce mardi matin, les bagagistes de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry ont appris que l’altercation survenue ce dimanche avec des voyageurs avait été publiée par la presse lyonnaise. D’un côté on bagagiste

Avec le point de vue de ces derniers, dont certains les accusaient à demi-mot d’antisémitisme en faisant exprès de retarder la livraison des bagages venant de vols en provenance d’Israël. En l’occurrence Tel Aviv pour cet avion.

Selon Atef Ben Hamouda, délégué syndical d’UNSA, le retard dans la livraison des bagages n’était absolument pas volontaire. « Un collègue était en train de décharger des bagages d’un vol Air Algérie quand il a vu débarquer une dizaine de personnes en furie, qui se saisissaient des valises en pensant que c’étaient les leurs. Il leur a demandé de retourner dans l’aéroport car elles n’avaient pas le droit d’être ici après avoir forcé une porte aimantée. Elles lui ont fracturé le doigt, il est arrêté jusqu’au 25 novembre. Une collègue a ensuite été étranglée. Les deux vont porter plainte », nous indique-t-il.

« C’est déjà la deuxième intrusion sur les pistes après l’épisode de la voiture folle (en septembre 2018 ndlr). On ne se sent plus en sécurité », regrette Atef Ben Hamouda, qui trouve « choquant de passer pour des antisémites ».

« Cela n’a rien à voir avec la provenance des vols et des bagages. C’est un problème de sous-effectif. Les passagers des vols d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, ils attendent comme les autres », nous indique un autre bagagiste lyonnais. Ce soir-là, de nombreux avions sont arrivés dans la soirée, et la situation était difficilement gérable pour les quelques bagagistes dépêchés sur les pistes.

Ci dessous, le premier article qui présentait la version des voyageurs paru un peu plus tôt le même jour….

Certains bagagistes de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry profitent-ils de leur position pour faire passer un message politique ?

C’est ce que déclarent certaines personnes arrivées à Lyon ce dimanche en provenance de Tel Aviv avec un vol Transavia. Selon un passager qui nous a contacté, l’avion est arrivé à 17h20 et les voyageurs ont pu se présenter rapidement à l’arrivée des bagages, 10 minutes plus tard.

Sauf qu’au bout d’une heure d’attente, les valises n’avaient toujours pas été distribuées. Parmi les personnes attendant, l’impatience est montée. D’autant que la rumeur se propage : ce type d’incident arriverait fréquemment avec les vols en provenance d’Israël.

Après avoir interpellé un salarié de l’aéroport lyonnais, des passagers ont tenté d’aller chercher leurs bagages par leurs propres moyens. Sauf que ce type d’initiative inconsidérée à une époque où les infrastructures aéroportuaires sont surprotégées leur a valu d’être confrontés à un bagagiste.

Une rixe a alors éclaté brièvement avant que le calme ne revienne et que des gendarmes et des agents aéroportuaires n’interviennent. Les bagages leur seront finalement remis à 19h20, soit deux heures après l’atterrissage à Saint-Exupéry. Le personnel de cette société sous-traitante a ensuite exercé son droit de retrait.

Y-a-t-il eu une volonté délibérée de retarder la distribution des bagages pour des motifs antisémites, antisionistes ou pro-palestiniens de la part d’une partie des salariés ? Certains en sont persuadés et jurent avoir déjà vécu ce type de mésaventures.

Dans un communiqué, le Crif évoque « sa plus vive inquiétude quant aux retards récurrents dénoncés depuis déjà plusieurs mois » et s’interroge sur « les causes réelles qui les engendrent ».

L’aéroport a de son côté annoncé l’ouverture d’une enquête interne.

Voir ICI le récit d’un passager

Voir ICI, la réponse du service « écoute client » de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry 

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Une pensée sur “Deux versions : « Lyonmag » et l’affaire des bagages à l’aéroport Saint-Exupéry

  • Avatar
    13 novembre 2019 à 11 h 47 min
    Permalink

    C’est vrai qu’avec un nom pareil il est crédible.
    Ce n’est pas la première fois qu’à cet aéroport il y a des plaintes pour antisémitisme.
    Même au duty Free. Nous juifs et juives sommes très mal vu.
    ROSA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *