Des scientifiques israéliens font une grande contribution à la lutte contre le « virus des Tilapia »

Des scientifiques israéliens ont déclaré mardi qu’ils avaient identifié un nouveau virus qui tue les poissons tilapia sauvages et d’élevages, provoquant des conséquences économiques majeures dans un marché qui pèse 7,5 milliards de $ par an.

Le coupable est lié à une famille de virus de la grippe, et semble tuer les poissons en provoquant un gonflement de leur cerveau ou encore en empoisonnant leur foie selon un article publié dans la revue MBIO. L’agent pathogène nouvellement identifié, se nomme le virus du lac de tilapia, nom du deuxième poisson le plus élevé au monde.

« Le tilapia est l’une des industries du poisson les plus importantes dans le monde entier », a déclaré le co-auteur de l’article Eran Bacharach, un virologue moléculaire à l’Université de Tel Aviv. « De plus, parce qu’ils mangent les algues, ils sont les gardiens écologiques pour l’eau douce et ils sont un peu coûteux, source importante de protéines dans les pays les plus pauvres » a-t-il ajouté.

Les scientifiques savent encore peu sur le virus de la biologie, où il est originaire, ou comment il a fait son chemin en Israël en 2009 et deux ans plus tard, aux étangs commerciaux en Équateur. Un futur document de recherche décrira ses effets en Colombie, ainsi, les auteurs ont dit.

En Israël, le virus a touché les espèces sauvages de tilapia en Kinneret lac, aussi connu comme la mer de Galilée, et les poissons dans les étangs commerciaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *