Des observateurs de l’UNIFIL affirment, puis le porte-parole se rétracte

Des observateurs de l’UNIFIL ont déclaré qu’Israël avait utilisé des bombes à fragmentation lors de ses bombardements de positions du Hezbollah. On se souvient que le mouvement chiite libanais avait par deux fois attaqué une patrouille israélienne, faisant deux blessés, et qu’Israël avait riposté, utilisant son artillerie. Quelques heures après les déclarations des observateurs de l’UNIFIL, le porte-parole de l’institution niait cette allégation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *