Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles d’Hadas Malka, assassinée vendredi

Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles du sergent-chef de la police des frontières Hadas Malka, 23 ans, assassinée par des terroristes palestiniens vendredi soir sur la rue du sultan Souleymane, près de la porte de Damas, à Jérusalem. Les funérailles ont eu lieu samedi soir à Ashdod.

.

La double attaque terroriste palestinienne a eu lieu vers 19h30 vendredi soir, lorsque deux hommes armés de couteaux et de fusils ont attaqué des civils à la grotte de Zedekiah. Ils ont été abattus par les forces de sécurité. Un troisième terroriste (lui aussi éliminé par les forces de sécurité) a plus tard poignardé Hadas Malka, stationnée à la porte de Damas. La jeune femme a été évacuée, grièvement blessée, à l’hôpital Hadassah où elle a succombé à ses blessures. Quatre autres personnes ont été blessées dans ces deux attaques, elles ont toutes été transportées à l’hôpital ShaereTzedek de Jérusalem. Hadas habitait dans le moshav de Givat Ezer, dans le centre du pays, et avait rejoint la police des frontières il y a 15 mois. Elle laisse derrière elle ses parents, ses trois sœurs et ses deux frères.

Vendredi, l’Etat islamique a revendiqué l’attaque en avertissant « qu’elle ne serait pas la dernière», avant que le groupe terroriste palestinien du Hamas ne démente cette revendication en la revendiquant à son tour. De son coté, le Fatah a accusé Israël de “crime de guerre” pour la mort des terroristes!!!

Hadas Malka a été enterrée à minuit et demi samedi soir, à Ashdod.  Le président Reuven Rivlin a rendu hommage à la jeune femme Hadas Malka : « Mon cœur est avec la famille de Hadas, la gardienne de nos murs, pendant ces moments difficiles de profond chagrin, a dit Rivlin. Que sa mémoire soit bénie ». Avigdor Liberman, le ministre de la Défense, a lui aussi rendu hommage à Hadas Malka. il  a évoqué la « détermination et le courage » avec lesquels la jeune policière a agi. « Elle était une inspiration pour nous tous » a dit Lieberman qui a aussi répondu au Fatah, en disant que «de telles propos montrent bien qu’il n’y a pas de partenaire palestinien pour la paix ».

 

Lire la suite sur Tel-Avivre