Des médecins arabes accusés de non assistance à personnes en danger

Le ministre de la Santé Yaacov Litzman (Judaïsme unifié de la Torah) a ordonné une enquête ce vendredi pour vérifier les soupçons émis par la police et le corps médical que le personnel médical arabe d’une clinique de la vieille ville de Jérusalem n’est pas sorti pour aider les victimes juives, qui ont été poignardés juste à côté de la clinique.

L’incident en question concerne l’assassinat brutal de Aharon Banita Bennett (21 ans) et de Rabbi Néhémie Lavi (41 ans), qui a eu lieu sur la rue Hagai le 3 octobre. La femme de Bennett avait été grièvement blessée et son fils de deux ans a été légèrement blessé dans l’attaque terroriste arabe.

Bien que la condition de la femme de Bennett s’est depuis améliorée, il est probable que le traitement médical immédiat aurait diminué la gravité de ses blessures et éventuellement sauvé la vie de son mari et de Rabbi Lavi, qui ont été poignardés, si les médecins de cette clinique arabe avaient tenté de les sauver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *