Des intellectuels issus de 15 pays arabes prônent la fin du boycott d’Israël.

Impensables il y a quelques années, les signes du rapprochement entre Israël et le monde arabe deviennent de plus en plus tangibles et, surtout, publics. Face à la montée en puissance de l’Iran chiite, ennemi juré d’Israël et rival de l’Arabie saoudite, la grande puissance régionale sunnite, l’Etat hébreu et les pays arabes « modérés », notamment du Golfe, ne cessent, depuis 2015, de souligner leurs convergences de vues et d’intérêts, en particulier sécuritaires. En octobre 2018, le Premier ministre d’Israël, Benyamin Netanyahou, s’est ainsi rendu à Oman afin d’y rencontrer le sultan. En 2019, des ministres et des diplomates israéliens ont participé à des conférences dans différentes capitales arabes, au Caire, à Abou Dhabi, à Dubaï ou à Manama. Israël a été officiellement invité à participer à l’exposition universelle de Dubaï en 2020.Lire la suite sur israelvalley.com