Des bibles juives syriennes pourraient susciter un conflit de propriété

Deux décennies se sont écoulées depuis que le Mossad a permis le transfert d’anciennes bibles de Syrie. La bibliothèque nationale d’Israël demande au tribunal de lui en accorder la garde. « Ces manuscrits seront comme détenue par le peuple juif, » explique le directeur académique.

Ainsi, lors d’une opération secrète opérée  par le Mossad, huit Bibles anciennes ont été subtilisées en Israël entre 1993 et 1995. Le neuvième a été sorti clandestinement de la Syrie en 1993 avec l’aide d’un militant juif canadien. Rabbi Avraham Hamra, alors leader de la communauté juive de Damas qui vit aujourd’hui en Israël a aidé à cette subtilisation. Shabtai Shavit, le directeur du Mossad à l’époque, confirme la participation de Hamra, sans donner de détails.

Hamra, qui n’est relié à aucune organisation juive syrienne (qui soutienne la demande de la bibliothèque), s’oppose à cette proposition et dit qu’il peut la contester en cour. Il soutient que les Bibles sont la propriété culturelle juive syrienne, et que la bibliothèque avait promis de les transférer vers un centre du patrimoine juif syrien en Israël, qu’il projette de construire. Cette promesse, dit Hamra, figurant dans un catalogue de l’exposition co-parrainé par la bibliothèque.

Meir Heller, un avocat de la bibliothèque nationale, a déclaré que la bibliothèque est préparé pour annoncer sa proposition aux procureurs de la Couronne de Damas dans les journaux en Syrie, en Europe et aux États-Unis pour permettre aux objecteurs de contester la décision devant les tribunaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *