Des bébés palestiniens sauvés par des cardiologues israéliens

Trop souvent, les mariages palestiniens sont consanguins, ce qui provoque un taux de malformations congénitales du cœur trois fois plus élevé que dans la population générale. Au CHU Hadassah, sous l’impulsion de médecins juifs français, une équipe mixte de cardiologues israéliens et palestiniens a pris soin d’un millier d’enfants palestiniens depuis 2005. Et tout cela sans frais car le seul ennemi commun est la maladie cardiaque!

Il y a quatre ans, une Palestinienne enceinte, de Hébron, a été envoyée au Centre médical Hadassah à Jérusalem. La mère souffrait d’une maladie auto-immune, le lupus. Les anticorps dans son sang avaient traversé le placenta, provoquant le blocage cardiaque de son fœtus.

«Nous avons accouché le bébé immédiatement et implanté un stimulateur cardiaque. Elle est rentrée chez elle deux ou trois semaines plus tard et elle est en bonne santé actuellement », explique le professeur Azaria Rein, le chef de cardiologie pédiatrique à Hadassah et le cofondateur de « Un Cœur pour la Paix », en partenariat avec Hadassah pour le soin des enfants palestiniens souffrant de maladies cardiaques congénitales.

«Nous avons beaucoup d’histoires semblables, mais celle-ci était particulièrement dramatique ».

Une équipe mixte et apolitique de médecins

Depuis sa fondation en 2005, »Un Cœur pour la Paix » réunit une équipe mixte de médecins israéliens et palestiniens qui a déjà pris soin d’un millier d’enfants palestiniens, 20% d’entre eux sont issus de la bande de Gaza et 80% des zones sous administration palestinienne de la Judée Samarie. C’est une organisation apolitique, qui a déjà formé cinq médecins palestiniens pour effectuer des échocardiographies ou cathétérismes, mais aussi 197 médecins généralistes pour faire des diagnostics précoces, un technicien en échocardiographie et électrocardiographie et un conseiller en génétique.

Le conseiller génétique est une mesure de prévention essentielle, car une fois sur deux les mariages palestiniens sont consanguins, ce qui provoque un taux de malformations congénitales du cœur trois fois plus élevé que dans la population générale. La moitié du coût de chaque hospitalisation est pris en charge par le centre médical et l’autre moitié par l’organisation elle-même, qui est en France. En moyenne, la facture de chaque enfant revient à environ 13 653 euros.

Une initiative d’olim ‘hadashim français

« Un Cœur pour la Paix » a pris forme grâce à l’initiative d’un autre médecin olé ‘hadash  français, le Dr Muriel Haim et le Dr Rein. Ils expliquent la nécessité de ce programme qui a ironiquement était issu des Accords d’Oslo signés par le gouvernement d’Israël et l’Organisation de libération de la Palestine en 1993.  Jusqu’à cet accord, dans les nombreuses régions arabes sous contrôle palestinien, c’étaient les Israéliens et parfois même les Forces de défense israéliennes qui prenaient soin des enfants palestiniens. « Mais après Oslo, il n’y avait plus personne pour prendre soin d’eux, donc nous avons essayé de trouver un moyen», dit Rein, qui a émigré en Israël à partir de la France en 1968 et qui a été formé dans sa spécialité à l’Université Harvard.

«Chaque enfant a le droit à des soins, et quand j’ai entendu le professeur Rein en 2005, qui affirmait que de nombreux enfants palestiniens souffraient de cardiopathie congénitale et mouraient parce qu’ils n’avaient pas accès à une chirurgie cardiaque, j’ai décidé de fournir la chirurgie cardiaque pour les enfants. C’est aussi simple que cela « .

En coopération avec les hôpitaux palestiniens, ainsi que les Nations Unies, « Un Cœur pour la Paix » a commencé par prendre un enfant par semaine. Mais le nombre a augmenté beaucoup plus rapidement. Le système mis en place est tel que le personnel médical de Gaza peut consulter Rein et son équipe pour des besoins de soins cardiaques de pointe. Ils partagent leur données sur les applications mobiles comme WhatsApp.

«Je vous remercie de tout notre cœur»

Si le transfert est nécessaire, la paperasse est déposée rapidement entre les autorités palestiniennes et israéliennes pour permettre le passage de l’enfant et d’un accompagnant (habituellement la mère ou la grand-mère) à Hadassah. A partir de la frontière israélienne, le transport se fait en ambulance par le Magen David Adom, la Croix-Rouge israélienne. « Aucun enfant n’a jamais été empêché de venir pour le traitement, dit Haim, et en cas d’extrême urgence, le transfert peut être réalisé en deux heures et demi. »

Saleh, par exemple, a eu sa première chirurgie cardiaque à la naissance et est revenu à Hadassah quelques mois plus tard pour une opération de neuf heures. Saleh est maintenant un enfant en bonne santé. Ses parents lui font suivre des examens réguliers dans une clinique de cardiologie pédiatrique à Ramallah qui a été fondé par « Un Cœur pour la Paix » en 2012 et qui est maintenant géré de façon indépendante par les Palestiniens formés par l’organisation. Cette année, « Un Cœur pour la Paix » va ouvrir une clinique de cardiologie pédiatrique à Hébron

Les parents de Saleh ont envoyé une lettre de remerciement à « Un Cœur pour la Paix ». « Merci à vous, notre vie brille tous les jours. Nous vous remercions de l’espoir que vous nous avez donné. Nous vous remercions de tout notre cœur pour ce que vous avez fait pour nous et pour tout ce que vous faites pour toutes les autres familles malheureuses comme la nôtre », écrivent-ils.

Le seul ennemi commun est une maladie cardiaque

Rein explique que de nombreuses familles arabes soupçonnent que si elles vont dans un hôpital israélien, ils seront tués pour l’exploitation de leurs organes. « Il y a au moins 1 000 familles qui nous jugent aujourd’hui non pas comme des « mauvais Israéliens » mais comme des gens qui ont fait quelque chose de bon pour eux», dit-il. « Peut-être qu’ils ne nous aiment pas, mais ils n’ont pas peur de nous. La paix n’a pas encore été atteinte, mais ces enfants sont la preuve vivante qu’il existe une coopération entre les médecins israéliens et palestiniens à Jérusalem.

Cette coopération continue de surprendre les nombreux visiteurs, les politiciens et les journalistes, qui viennent découvrir la paix à l’hôpital Hadassah de Jérusalem. Les bénéficiaires ne sont pas seulement les enfants, les femmes et les familles palestiniennes, ainsi que les médecins formés, mais aussi les peuples israélien et palestinien qui arrivent à mieux se connaître »

 

 

 

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *