Après l’opération de haute qualité attribuée à Israël contre un bateau-espion iranien en mer Rouge, le Wall Street Journal a cité des hauts responsables américains qui ont exprimé leur colère à propos du ‘timing’ de cette opération, qui selon eux n’était pas dû au hasard mais avait pour but de torpiller la réunion qui se tenait le lendemain à Vienne entre l’Iran et les autres pays signataires de l’accord de 2015. De telles accusations ont également été entendues à Téhéran ce qui pourrait indiquer une coordination des réactions entre les deux pays.Lire la suite sur lphinfo.com