David Cameron : « Je suis un grand ami d’Israël mais… »

Le Premier ministre britannique a surpris son auditoire hier (mercredi) et a réussi le tour de force de décevoir à la fois, et ses « grands amis » israéliens et les pro-Palestiniens. C’est au cours d’une série de questions-réponses au parlement que David Cameron s’est frotté à l’exercice ô combien périlleux, du jugement de Salomon sur la question israélo-palestinienne…raté !

Tout avait pourtant bien commencé pour Israël, Cameron interpellé sur le conflit israélo-palestinien prend son souffle et lâche : « je suis un grand ami d’Israël », mais il est aussitôt coupé par le député travailliste Imran Hussein : « Est-ce que le Premier ministre est d’accord avec moi pour dire que les colonies et les constructions illégales (israéliennes) sont un obstacle majeur qui freinent un retour pacifique à la table des négociations ? », lance l’élu, toujours en pointe sur le sujet. Cameron reprend son souffle mais sa réponse tranche avec la première partie.

« Je suis bien connu pour être un grand ami d’Israël, mais je dois dire que la première fois que j’ai visité Jérusalem, que j’ai approfondi la visite de cette merveilleuse ville et que j’ai vu ce qui était arrivé avec l’encerclement de Jérusalem, Jérusalem-est occupée, cela était vraiment choquant. Ce que le gouvernement a toujours fait par le passé et est en train de dire c’est que oui, nous sommes partisan d’Israël mais nous ne soutenons pas les colonies illégales, nous ne voulons pas soutenir ce qui se passe à Jérusalem-est Il est très important que cette capitale soit maintenue telle qu’elle était par le passé », a déclaré le Premier ministre britannique.

Ce dernier faisait sans doute référence au voyage effectué en 2007 avant son élection, au cours duquel il avait visité plusieurs quartiers de la ville ainsi que l’ancienne ligne de démarcation jordanienne d’avant la guerre des 6 jours en 1967.

Ainsi, David Cameron affirme sans l’expliquer, que la situation « dans Jérusalem-est occupée » est préoccupante, pardon, choquante… Répondant à la volée à un journaliste qui l’interrogeait sur cette déclaration, Nir Barkat le maire de Jérusalem  a rétorqué : « la situation est tellement ‘choquante’ que le statut des arabes de la ville est envié de tous. Nous recevons des centaines de demandes de régularisation par mois et les récentes enquêtes d’opinion démontrent que les arabes de la ville ne souhaitent pas passer sous juridiction palestinienne ».

Dans le même temps, une bonne nouvelle qui ne doit pas être passée sous silence, lorsque David Cameron a nommé Jérusalem, il a certes considéré que l’est de la ville était un territoire « occupé » par Israël, mais il a désigné  la cité comme étant « cette capitale ». Les Israéliens pourront y trouver matière à consaltion, car dans l’esprit du Premier ministre britannique, la moitié de la ville est déjà la capitale du pays…une véritable percée diplomatique…

Une pensée sur “David Cameron : « Je suis un grand ami d’Israël mais… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *