Daesh : le réseau marocain prêt à frapper l’Europe©

Le Ministre de l’Intérieur espagnol Juan Ignacio Zoido a promis de manière répétée, samedi 19 août, qu’après les attaques au véhicule de l’Etat Islamique, jeudi et vendredi, qui ont fait 14 morts etplus de 130 blessés, dans deux villes catalanes,le réseau terroriste responsable des violences avait été « complètement démantelé » et qu’il ne posait plus de menace. Cette assurance était destinée à calmer la nervosité du public et des touristes, mais elle est loin de correspondre à la réalité des faits.

Les sources des renseignements et de l’antiterrorisme révèlent que la cellule clandestine de Daesh qui a organisé ces attaques à partir de sa base de la petite ville de Ripoll, près de la frontière pyrénéenne avec la France,a effectivement,été mise hors service. Mais, il ne s’agit que d’une des branches d’un large réseau terroriste qui s’étend entre le Maroc et, au moins, six autres pays européens : l’Espagne, la France, l’Allemagne, la Belgique,les Pays-Bas et aussi loin au nord que la Finalnde, où un soi-disant « réfugié » marocain a poignardé à mort, vendredi, deux femmes dans la ville de Turku, au sud-ouestdu pays.

Il existe des signes troublants que les attaques en Espagne et en Finlande n’ont rien été d’autre que les trois-coups d’une vague majeure encore en préparation de la part des réseaux de l’Etat Islamique. De façon inhabituelle,Daesh a revendiqué l’attaque de Cambrils, en Espagne, après la première revendication du précédent attentat sur la promenade de Las Ramblas à Barcelone. La deuxième revendication mentionnait les deux attaques, matérialisant le lien dans une chaîne continue d’événements. le laboratoire de fabrication de bombes, qui a explosé accidentellement à Alcanar, a aussi fourni des preuves meurtrières de l’existence d’une organisation orientée vers l’essaimage de la mort à échelle massive.

Lire la suite sur JForum