Covid-19 : Augmentation du nombre de cas en Israël

Israël a rouvert samedi quatre stations de dépistage « drive-in » à travers le pays. Cette décision intervient après que le ministère de la Santé a annoncé vendredi une nouvelle forte augmentation des cas d’infections liés au coronavirus.

Augmentation du nombre de cas de Covid-19 en Israël. Selon les chiffres publiés samedi matin par le ministère de la Santé, 121 personnes supplémentaires ont été diagnostiquées positives au coronavirus depuis la veille. Une indication claire que la tendance à la hausse se poursuit depuis jeudi. Il s’agit du plus grand nombre quotidien de cas de contamination au Covid-19 depuis le début du mois de mai, a par ailleurs indiqué le ministère de la Santé.

Selon le directeur général du ministère, Moshe Bar Siman-Tov,, la « seconde vague » dépend du comportement des individus. Elle n’est « pas impossible » mais elle est « évitable », notamment grâce à l’effort collectif et au respect de chacun des mesures barrières. « L’idée ambiante selon laquelle le coronavirus est derrière nous est fausse », a souligné le ministère dans un communiqué. « Ne soyez pas complaisants. »

Les écoles restent ouvertes

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou et le Comité des ministres en charge du coronavirus se sont réunis samedi après-midi et ont décidé que les écoles resteraient ouvertes, malgré une hausse inquiétante des cas de coronavirus, en particulier au sein des établissements scolaires en Israël.

Seules les écoles où de nombreux cas ont été détectés, notamment à Jérusalem, seront fermées. Il a donc été décidé que la fermeture des établissements touchés sera donc partielle et ponctuelle. ceci dit, que l’ensemble de système scolaire ne devrait pas être pénalisé.

Tests de grande envergure

Les autorités israéliennes ont commencé à mener des tests sérologiques sur 100 000 de leurs citoyens. Il s’agit de l’une des plus grandes campagnes de dépistage au monde, afin de prévenir une « seconde vague » de la maladie Covid-19, a indiqué jeudi un haut responsable.

En parallèle, les autorités mènent aussi des tests sur des groupes spécifiques dans les « zones à risque ». Ce sera le cas dans des quartiers juifs ultra-orthodoxes, principaux incubateurs de la crise en Israël mais également auprès du personnel médical ayant soigné des personnes contaminées par le nouveau coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *