Coup dur pour Israël : l’Iran confirme qu’un accord a été trouvé à Vienne

L’Iran a obtenu la levée des sanctions, le scénario tant redouté par Israël va donc se réaliser. Cela aura pris du temps mais l’Iran et les grandes puissances ont trouvé un accord sur le programme nucléaire de Téhéran qui permettra une levée de sanctions qui pèsent sur la République islamique, a-t-on appris mardi auprès d’un diplomate iranien. « Tout ce dur travail a payé. Dieu bénisse notre peuple », a déclaré un diplomate qui s’exprimait sous le sceau de l’anonymat. Un autre responsable iranien a confirmé l’existence de l’accord.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif et la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini vont lire ce mardi un communiqué final sur le programme nucléaire de Téhéran.

Cet accord devra encore être approuvé par le Congrès américain avant que Barack Obama ne donne l’ordre de lever les sanctions. Dans l’entourage du Premier ministre israélien, on indique que Binyamin Netanyahou va peser de tout son poids, pour convaincre les sénateurs et les élus américains de ne pas soutenir cet accord.  A ce stade, le chef du gouvernement israélien ne devrait pas se rendre aux Etats-Unis, mais la situation pourrait changer », affirme un proche de Netanyahou. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a émis des doutes sur le fait que le président Barack Obama gagnera l’approbation du Congrès sur l’accord nucléaire avec l’Iran : «Je pense qu’il sera très difficile de vendre l’accord au Congrès”, a déclaré McConnell dans une interview sur Fox News, ajoutant qu’il est déjà connu que l’accord maintient l’Iran en tant qu’état ayant atteint le seuil nucléaire.

Les zones d’ombre

L’objectif d’Israël est de mettre en avant les zones d’ombre de l’accord : le nombre de centrifugeuses qui seront laissées en l’état, les centres de recherches et de développement iraniens hors de contrôle, qui poursuivront leurs œuvres et toute la question du mécanisme de surveillance des programmes connexes utilisés par les Iraniens à des fins militaires. Sur tous ces points, les occidentaux ont fait de nombreuses concessions.

Dimanche, Netanyahou avait fustigé l’accord qui se dessinait à Vienne « Ce sont des concessions sur des questions qui ont été désignées comme des lignes rouges à Lausanne », a déclaré Netanyahou… “Elles ouvrent la voie de l’Iran à de nombreuses bombes nucléaires et elles lui permettent d’accéder à des centaines de milliards de dollars pour son terrorisme et sa machine de conquête, mettant ainsi en danger la paix dans le monde. L’Iran ne cache pas son intention de poursuivre son agression meurtrière même contre ceux avec qui il est en train de négocier. S’il y a quelqu’un parmi les grandes puissances qui est prêt à capituler devant cette réalité que l’Iran dicte, il est nécessaire qu’il comprenne ses appels incessants pour la destruction d’Israël, et s’il ne les entend pas, il faut pourtant qu’il sache que nous ne payerons pas le prix de la capitulation.”

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett (Habayit Hayehudi) a exprimé cette semaine son scepticisme “L’accord restera comme une honte historique. Un pays qui déclare son désir d’éliminer l’Etat d’Israël va être reconnu comme une puissance nucléaire“, a déclaré Bennett. “Quand nous lisons les livres d’histoire parfois nous ne comprenons pas ce que les dirigeants pensaient, parce qu’ils ne comprenaient pas ce qu’il se passerait, et nous étions dépassés par leur aveuglement. Aujourd’hui encore, le monde occidental va effectuer un hara-kiri international mais nous allons essayer de l’arrêter.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *