Coronavirus : Israël dans l’attente de la deuxième vague

Depuis plusieurs semaines, le nombre de nouvelles contaminations ne cesse d’augmenter. Entre temps, on recense entre 300 à 500 nouveaux cas par jour.

« Nous allons devoir multiplier les contrôles » a déclaré le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, lors de la réunion de cabinet consacrée au covid 19. Il a ajouté que les sanctions pécuniaires pour le non-respect des mesures de précaution augmenteraient fortement si la population continuait à se montrer aussi indisciplinée. A titre d’exemple, les contraventions dressées aux personnes ne portant pas de masque sont déjà passées de 200 à 500 shekels.

Dans les grandes villes comme Tel-Aviv, on remarque partout à quel point les gens passent outre la distanciation physique et le port du masque. Les restaurants et les bars sont pleins à craquer et les tables se touchent pratiquement. Jusqu’ici, le nombre de malades sévèrement atteints a peu augmenté. Sans doute parce qu’après la réouverture des établissements scolaires ce sont principalement des personnes jeunes qui ont été contaminées. Il n’en demeure pas moins qu’il a été demandé aux hôpitaux de tout le pays de rouvrir les services dédiés au coronavirus. Tous se préparent à une augmentation des cas graves.

La nouvelle pauvreté

En dépit de la situation, le gouvernement a malgré tout autorisé de nouvelles réouvertures (essentiellement pour des raisons économiques). Les trains roulent de nouveau mais leur remise en circulation s’accompagne de restrictions. Les soldats ne peuvent, par exemple, emprunter les trains. Le nombre de passagers autorisé a été réduit et les passagers doivent arriver à la gare 30 minutes avant le départ. Les manifestations privées comme les mariages sont également autorisées jusqu’à 250 personnes.

Itzik Shmuli, le ministre du Travail et de la Solidarité sociale, a rappelé que d’ici fin juillet environ 500 000 Israéliens ayant perdu leur emploi ne toucheront plus d’allocations chômage. Le ministère des Finances a récemment signalé que les dispositions exceptionnelles visant à proroger les allocations chômage étaient valables jusqu’à fin juin seulement. Il n’y aura plus non plus de versements spéciaux en faveur des chômeurs de plus de 67 ans.

SOURCE: Groupe Israël-Suisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *