Conte de fées pour les voisins du défunt à Tel-Aviv

Ce couple de personnes âgées résidant à Tel-Aviv n’avait pas d’enfant. Juste des neveux. Il y a quelques jours, c’est la voisine et son fils qui ont hérité de leur fortune…au grand désespoir des membres de la famille. Du 15 juillet au 15 août, Coolamnews publie ses meilleurs articles de l’année écoulée. Article publié le 16/11/2017.

La roue de la fortune  et conte de fées à la fois. C’est en quelque sorte, l’histoire d’une famille recomposée. Lui était juriste et son épouse dentiste de son état. Ils n’ont pas eu la joie de donner naissance à un(e) descendant(e). Au moment de prendre leur retraite commune, ils entrent en contact avec leur voisine. Elle en recherche d’emploi et dans une situation précaire. Depuis se jour, ils ne vont plus jamais se quitter.

C’est dans la ville de Petah-Tikva que l’histoire commence. Immédiatement, la voisine fort sympathique accepte ce travail providentiel qui lui permet de ne pas trop s’éloigner de ses deux premiers enfants qu’elle élève seule. Elle effectuera de menus travaux pour le couple de retraité. En un mot, elle prendra soin d’eux. Une amitié sincère se noue entre eux.

L’enfant roi

C’est surtout à la naissance d’un troisième enfant que les relations se renforcent. Sans hésiter, le couple de retraités décide de prendre le nouveau venu sous son aile. Ils se comportent comme des grands parents et l’enfant les considèrent comme tels. Eux règlent les factures, lui paye des études et l’emmènent même régulièrement en vacances à l’étranger. Tous se sont adoptés et la vie s’écoule heureuse.

Jusqu’au jour où la « mamie » quitte ce monde, il y a 11 ans de cela. Le grand-père, qui entre-temps a déménagé dans le nord de Tel-Aviv, décède il y a trois ans. Il avait cependant rédigé un testament, en présence d’huissier, stipulant que ses biens et sa fortune serait légué à sa voisine et à son fils. Trois années durant, les avocats des neveux vont tenter de faire annuler le testament devant la justice. Mais la semaine dernière le juge a tranché.

La justice passe

« Elle s’est dépensée sans compter pour nous », est-il écrit dans le testament. « Elle s’est comportée comme une fille. Ainsi, son fils fut notre petit fils de cœur. Ce sont des décennies d’amour, de joie, de partage, qui ont rempli nos vies. Il est donc évident que ces deux être qui nous sont si proches, soient nos héritiers légitimes », est-il encore stipulé.

Le défunt ayant toute sa tête au moment de la rédaction du testament, nul ne peut contester la véracité de ses dernières volontés. La voisine attentionnée durant 30 années, devient donc la bénéficiaire exclusive des économies du couple. Son fils, lui, hérite de la coquette maison d’un quartier chic de Tel-Aviv. 6 millions de shekels (1 million et demi d’euro environ) reviennent à la mère et l’équivalent en bien immobilier pour le fils.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *