Comment le président Carter à trahi Israël et favorisé les mollahs iraniens

Le Président Carter est aujourd’hui un des plus farouches opposants d’Israël, qu’il n’hésite jamais à critiquer avec sévérité. La BBC a révélé comment Carter a aidé à sa manière la révolution islamique en Iran, en trahissant le régime allié de Téhéran dirigé par le Shah et en faisant peu de cas d’Israël.

Pour tenter d’influencer les Etats-Unis en faveur de son mouvement islamique, l’ayatollah Khomeini ne cessait d’écrire aux Présidents américains. Le premier message qu’il a envoyé était destiné au président John F. Kennedy en 1963. Mais ce message est arrivé seulement deux semaines avant son assassinat. La seconde tentative a eu lieu en janvier 1979. Cette fois c’est Jimmy Carter qui était le destinataire de la missive. Quelques jours plus tard, le président Carter a encouragé le Shah à « quitter rapidement » le pouvoir, ouvrant un boulevard au nouveau régime théocratique des mollahs.

Les deux pays ont alors entamé des pourparlers secrets. Ils ont abouti à des assurances américaines paraphées par Jimmy Carter, assurant Khomeini de ne pas s’opposer au renversement du régime pourtant officiellement allié des Etats-Unis. Pour sa part, Khomeini a promis à plusieurs reprises que l’Iran verrait les Etats-Unis comme un ami et continuerait de vendre du pétrole à tous les pays, sauf Israël et l’Afrique du Sud.

Carter a tout faux !

Carter n’a alors pas soufflé mot. La discrimination envers l’Etat juif ne lui posant aucun problème. L’ayatollah a même convaincu les États-Unis qu’il n’y avait aucunement besoin de désarmer son régime, assurant que l’armée américaine serait encore bienvenue dans le pays…

C’est tout l’inverse qui s’est produit et Carter n’y a vu que du feu. Le bilan catastrophique de la politique de Carter en Iran, a culminé par l’humiliation des Etats-Unis. La prise d’otage à l’ambassade américaine à Téhéran et l’opération de sauvetage ratée…  Autant de revers qui ont fortement contribué à la défaite du président démocrate aux élections de 1980.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

7 pensées sur “Comment le président Carter à trahi Israël et favorisé les mollahs iraniens

  • Avatar
    26 avril 2018 à 0 h 15 min
    Permalink

    Je suis juste étonné que Khomeini ait décidé de ne plus vendre de pétrole à l’Afrique du Sud, car après tout, son régime est un grand adepte des ségrégations en tous genres, est expansionniste, colonisateur, défend habituellement esclavage et fait bien peu cas de la souveraineté retrouvée des peuples et de leur émancipation (Israël étant le symbole le plus fort de ceci) !

    Les Etats-Unis symbolisent l’Occident pour les Pasdarans, et si Khomeini promet de maintenir de bonnes relations avec les Etats-Unis (donc avec l’Occident), même s’il n’a pas l’intention de tenir ses promesses, pourquoi a-t-il voulu ne plus vendre du pétrole à l’Afrique du Sud qui était dirigé par des pays européens (donc occidentaux aussi).

    Alors à moins que ce soit ce que Khomeini se soit engagé à faire en répondant favorablement à des demandes qui, en fait, venaient de Carter lui-même. Cela voudrait alors dire que Carter a demandé que L’Iran des Mollahs ne vende pas de pétrole à Israël ni à l’Afrique du Sud… Mais alors la question, c’est pourquoi Israël et l’Afrique du Sud ?

    Israël, je peux comprendre la logique étant donné l’antisémitisme de Jimmy Carter déguisée en haine d’Israël… Mais l’Afrique du Sud… Après tout, les Etats-Unis n’avaient-il pas appliqué la ségrégation envers les descendants des esclaves d’Afrique devenus esclaves en Amérique ? Les Etats-Unis n’ont toujours pas réglé la question du racisme envers les Indiens et envers les Afro-Américains aujourd’hui, même si les discriminations se font moins ouvertement. Donc pourquoi s’opposer à un régime d’apartheid en Afrique du Sud qui n’est pas un problème pour le régime des mollahs qui l’applique en Iran et voudrait l’appliquer dans le monde entier et qui n’est pas non plus un problème pour les Etats-Unis qui l’ont longtemps appliqué en Amérique du Nord ?

    Répondre
  • Avatar
    29 octobre 2020 à 18 h 28 min
    Permalink

    L’ex président Carter est connu pour être corrompu et les ayayollahs l’ont bien récompensé en ouvrant plusieurs comptes en Suisse et Bahamas
    Carter est devenu immun milliardaire
    Antijuif ce presbytérien a une influence considérable sur cette église qui a pris des positions anti israéliennes sous la deamande ce cet ex marchand de cacahuètes avec son frère
    Carter à la trahison dans son sang et la haine d’Israël dans son cerveau malade
    Il a un successeur qui lui ressemble comme un jumeau: le crypto musulman antijuif Obama qui a mis les usa à genoux et trahit Israël et favorisait l’anti Israël aux usa aves ses amis noirs musulmans Farahkan
    Il se cache de son antijudaisme et comme les musulmans pratique la Taqya ou simulation
    C’est une vraie racaille et m’étonne du soutien des juifs américains à ce destructeur du parti démocrate comme corbyn l’a fait pour le Labour

    Répondre
  • Avatar
    2 novembre 2020 à 12 h 56 min
    Permalink

    les seules racailles (sans guillemets) sont les juifs-de-droite, ces ordures, et qui même si en théorie cet article parlait de Carter se sont précipités pour écouler leur diarrhée raciste anti-Obama. Ah, les salauds…

    Répondre
  • Avatar
    7 novembre 2020 à 3 h 46 min
    Permalink

    Dans les prochains jours, l’héritage de Trump deviendra clair pour tout le monde à reconnaître comme un énorme cadeau fait au peuple américain alors que Trump démissionne pour des «raisons personnelles».
    Le président Pence et le nouveau vice-président Ted Cruz agiront de manière décisive contre les dirigeants islamo-fascistes en Iran en lançant des attaques dévastatrices contre toutes les installations nucléaires en Iran et en décapitant les dirigeants de Téhéran. Quelques jours plus tard, la France et la Grande-Bretagne se joindront aux Américains pour s’assurer que l’Iran ne sera pas en mesure de produire une arme atomique.
    Au cas où le Hezbollah attaquerait Israël, Israël détruira complètement le Hezbollah tout en laissant au Liban, son infrastructure en ruine. Le 20 janvier. 2021, l’ancien vice president, Joe Biden prêtera serment en tant que 47ieme. président des Etats-Unis!

    Répondre
  • Avatar
    18 novembre 2020 à 20 h 00 min
    Permalink

    Carter & autres Giscard & médias khomeyniolâtres…
    Architectes oubliés de la Terreur ubiquitaire
    Intéressant et fort utile rappel du rôle si incroyablement néfaste, pour la région du Proche et Moyen-Orient et, par contagion, pour le reste du monde, du presque centenaire et toujours alerte Jimmy Carter, « Président Mandchourien » selon une dénomination politologique états-unienne, qui a trahi tous ses alliés ainsi sans doute que sa propre patrie, en « favorisant » -et encore est-ce là un bien doux euphémisme- la prise de pouvoir du sanguinaire Ayatollah Khomeyni, ennemi juré tout autant de l’Occident judéo-chrétien que du prestigieux trône plurimillénaire du Roi des Rois Cyrus le Grand, hérité et dignement relevé par le Shah-in-Shah au XXe siècle.
    Mais Carter ne fut point seul à contribuer à cet armagaddonesque désastre… Car que dire, et surtout que penser rétrospectivement, de cette Presse occidentale opportunément amnésique, jadis unanimement en extase, à l’unisson et de parti pris avec l’intellocratie post-soixante-huitarde germanopratine foucaldo-sartrienne proto-islamo-gauchiste, omni-prescriptrice par magistère auto-proclamé, fascinée par un obscur imam, artificiellement mythologisé, de facto, sinon santo subito, simili-canonisé de son vivant, et archi-faussement surclassé et surcharismatisé, prêchant impunément le Jihad depuis Neauphle-le-Château sis en France censément laïque ? !
    Enfin, n’eût été l’inconditionnel et massif soutien, notamment logistique, encore plus impardonnable, bien que systémiquement sous-estimé voire nié, du désormais plus que nonagénaire, mais toujours impénitent Giscard, sans qui cette anachronique et anatopique conjuration des imbéciles et des traîtres aurait inéluctablement échoué, le monde n’aurait nullement connu, depuis cette fatidique année 1979, ce basculement brutal et global disruptif dans la Terreur…fautrice d’une terrible guerre de basse intensité ubiquitaire sans fin.
    Shahpour, exilé perse, Paris

    Répondre
  • Avatar
    19 novembre 2020 à 19 h 00 min
    Permalink

    [Ce texte destiné à remplacer mon précédent commentaire, dans une version rectifiée, légèrement remaniée et augmentée]
    Carter & autres Giscard & médias khomeyniolâtres…
    Architectes oubliés de la Terreur ubiquitaire
    Intéressant et fort utile rappel du rôle si incroyablement néfaste, pour la région du Proche et Moyen-Orient et, par contagion, pour le reste du monde, du presque centenaire et toujours alerte Jimmy Carter, « Président Mandchourien » selon une dénomination politologique états-unienne, qui a trahi tous ses alliés ainsi sans doute que sa propre patrie, en « favorisant » -et encore est-ce là un bien doux euphémisme- la prise de pouvoir du sanguinaire Ayatollah Khomeyni, destructeur de Civilisations, ennemi juré tout autant de l’Occident judéo-chrétien que de la Perse éternelle, profanateur du prestigieux trône plurimillénaire du Roi des Rois Cyrus le Grand, hérité et dignement relevé par le Shah-in-Shah au XXe siècle.
    Mais Carter ne fut point seul à contribuer à cet armageddonesque désastre… Car que dire, et surtout que penser rétrospectivement, de cette Presse occidentale opportunément amnésique, jadis unanimement en extase, à l’unisson et de parti pris avec l’intellocratie post-soixante-huitarde germanopratine foucaldo-sartrienne proto-islamo-gauchiste, omni-prescriptrice par magistère moralinique auto-proclamé, fascinée par un obscur imam taciturne et sinistre, archi-faussement surclassé et surcharismatisé, artificiellement mythologisé, de facto – sinon santo subito – simili-canonisé par la grâce des médias supplétifs de sa propagande en son éphémère (112 jours), quoique décisif et métamorphosant, transit exilique francilien, et prêchant impunément urbi et orbi le Jihad depuis Neauphle-le-Château sis en France censément laïque ? !
    N’eût été l’inconditionnel et massif soutien, notamment logistique, encore plus impardonnable, bien que systémiquement sous-estimé voire nié, du désormais plus que nonagénaire, mais toujours impénitent Giscard, sans qui cette anachronique et anatopique conjuration des imbéciles et des traîtres aurait inéluctablement échoué, le monde n’aurait nullement connu, depuis cette fatidique année 1979, ce basculement brutal et global disruptif dans la Terreur…fautrice d’une terrible guerre de basse intensité ubiquitaire sans fin.
    Shahpour, exilé perse, Paris

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *