Comment le Hamas a raflé 175 millions de dollars à la barbe d’Israël

Le financement du Hamas dans la bande de Gaza est un sujet sensible, mais qui aurait pu s’imaginer qu’Israël y participe indirectement. Des données révélées par la presse israélienne indiquent que l’organisation terroriste a puisé abondamment  dans les convois humanitaires destinés à la population sous son contrôle. Le fait que le Hamas prélève sa part dans les chargements n’est pas un fait nouveau. Ce qui l’est en revanche c’est le montant de la taxe imposée à chaque camion qui franchit les terminaux frontaliers en provenance d’Israël.

C’est au cours d’une rencontre exceptionnelle, organisée entre importateurs gazaouis et agriculteurs israéliens dans le kibboutz Yad Mordehaï, que le pot aux roses a été révélé la semaine dernière. Les hommes d’affaires venus du territoire palestinien ont  communiqué le montant des taxes exigées par le Hamas, sur chaque camion de marchandises. Après un rapide calcul, il s’avère que le Hamas a récolté la coquette somme de 175 millions de dollars, sur le compte de l’aide humanitaire consentie par Israël.

Le compte est assez facile à établir : 58 000 camions ont pénétré dans la bande de Gaza l’année dernière. Le Hamas réclame 1800 shekels pour une cargaison de produits manufacturés, idem pour les fruits et légumes. Un chargement de textile sera taxé à hauteur de 4500 shekels, etc. Le racket a été révisé à la hausse ces derniers temps depuis que l’Egypte a appliqué sa politique d’isolement de l’organisation islamiste, détruisant la grande majorité des tunnels de contrebande vers le Sinaï et fermant sa frontière aux voyageurs.

Terminal frontalier de Kerem Shalom
Terminal frontalier de Kerem Shalom

Le Hamas en délicatesse avec son pourvoyeur iranien, rencontre également de sérieux problèmes budgétaires depuis l’annonce par le Qatar de l’arrêt de ses transferts de fonds. Sa dernière cartouche pour éviter la banqueroute : Israël et sa politique humanitaire qui, ironie du sort, malgré le boycott tant décrié par ses détracteurs, demeure sa seule lucarne sur l’extérieur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *