Clash : Les Palestiniens veulent que la Suisse s’excuse

 

L’Autorité palestinienne n’a toujours pas digéré la sortie du ministre suisse des Affaires étrangères. Ignazio Cassis avait osé remettre en question l’aide de son pays à l’UNRWA, l’agence onusienne chargée des réfugiés palestiniens.

Saeb Erekat, membre du comité exécutif de l’organisation de libération de la Palestine (OLP), a demandé, mercredi 23 mai 2018, au gouvernement suisse de fournir des clarifications s’excuse officiellement concernant les déclarations du ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis.

Dans une interview qu’il a accordée à des médias suisses, Ignazio Cassis estime que l’UNRWA «fait partie du problème» israélo-palestinien, plutôt que de la solution. «Elle fournit les munitions pour prolonger le conflit», juge le conseiller fédéral. « Aujourd’hui, il n’y a plus seulement 700’000 réfugiés palestiniens dans le monde, mais 5 millions. Il est irréaliste que ce rêve (de retour) soit réalisé pour tous », déclare-t-il.

L’agence des Nations Unies, a-t-il dit, « a travaillé comme une solution pendant longtemps, mais aujourd’hui, elle fait partie du problème. Elle fournit des munitions pour continuer le conflit. Car tant que les Palestiniens vivront dans des camps de réfugiés, ils voudront retourner dans leur patrie. En soutenant l’UNRWA, nous maintenons le conflit en vie », a-t-il conclu.

Erekat a demandé des excuses officielles au peuple palestinien

Dans l’interview, Ignazio Cassis va encore plus loin. Il dit «comprendre» la décision des Américains de réduire leur soutien et ne semble pas opposé au principe qu’une telle décision puisse être prise par la Suisse, jugeant que les choses pourraient ainsi «bouger». En revanche, il dit craindre que des «millions de Palestiniens descendent dans la rue» si les fonds venaient à manquer. A l’inverse des Etats-Unis, la Suisse «ne peut pas se permettre» cette perspective, assure-t-il.

Devant le tollé provoqué par ces propos qui bouleverse la tranquillité et les certitudes de la Suisse,  Alain Berset le président de la Confédération a rappelé que le soutien de la Suisse à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens est légitime.

Dans une lettre officielle de protestation adressée au ministre suisse des Affaires étrangères, Erekat a demandé des excuses officielles au peuple palestinien, déclarant que la Suisse avait adopté une position impartiale et que les déclarations de son ministre « servaient les intérêts de Tel-Aviv et ceux de l’administration américaine », soulignant que « le droit au retour du réfugié palestinien est inaliénable et protégé par le droit international ».

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *