Choquant : le Mémorial de Caen ignore les camps et les Juifs!

 

Témoignage déroutant, que celui de Louise Cuneo qui raconte comment, lors d’une visite guidée en famille, le Mémorial de Caen s’est permis de faire l’impasse sur les camps de concentration et l’extermination des juifs ».

Elle avait pourtant réfléchi à deux fois avant que d’amener ses enfants au Mémorial de Caen. Mais explique-t-elle « L’idée était simple : laisser à des professionnels rompus à l’exercice le soin d’expliquer à mes enfants, âgés de huit et dix ans, les dessous de la Seconde Guerre mondiale, afin qu’ils en apprennent davantage que ce qu’ils en savent déjà. Avec une conférencière, nous aborderions « les grandes questions de la Seconde Guerre mondiale grâce à la découverte de documents d’époque et à la manipulation d’objets », comme l’annonce le site internet du Mémorial.

Oui mais voilà : Après que « la guide ait expliqué avec le plus grand soin la montée des nationalismes et les dessous de la propagande, tout comme la différence entre « Allemands » et « troupes nazies », le temps était passé, la visite terminée..

Et l’impasse sur la Shoah consommée !

« Le mot « juif » n’a été prononcé que deux fois (exclusivement pour expliquer qu’Hitler les tenait pour responsables de la crise) ; « Tziganes » et « homosexuels », pas une seule fois. Le mot « débarquement » n’a été prononcé qu’à l’accueil du groupe, avant de pénétrer dans l’exposition, pour nous dire que « la Bataille de Normandie avait duré plusieurs jours, et non quelques heures comme on le croit souvent ». Les mots « étoile jaune », « déportation », « camp de concentration », « chambres à gaz », « Gestapo », « dénonciation », « pogrom », « ghetto », « rafle », « génocide »… n’ont pas été prononcés une seule fois. Pas une seule fois en plus de 2 h 30. »

« Que l’on choisisse de ne pas montrer des photos ou des films montrant les horreurs de cette guerre à tous les enfants âgés d’une dizaine d’années sans connaître leur degré de sensibilité, on peut l’admettre, mais alors conclut cette maman pleine de bon sens : A quoi bon les emmener visiter le mémorial de la Seconde Guerre mondiale si on omet sciemment de parler des juifs, de la déportation ou des camps de concentration ?

La transmission en Israël

En Israël la question de savoir comment transmettre pareil héritage à nos jeunes sans les traumatiser mais sans occulter la réalité pour autant, a fini par trouver réponse malgré la difficulté de la tâche.

Ainsi, cette année, près de 40.000 élèves israéliens de première et de terminale ont fait le voyage « là-bas ».

Ils ont visité les camps de la mort accompagnés d’anciens déportés qui leur ont raconté, témoins de l’inimaginable, l’horreur nazie… Et ce, en dépit de l’adoption récente par Varsovie d’une loi rendant passible de prison toute allusion à la complicité de la Pologne dans le génocide nazi.

Qu’importe une vilenie de plus !

L’important c’est qu’ils ont pu entendre ces anciens déportés, des survivants qui connaissent le prix de la vie et s’appliquent à le mettre en avant, le partager envers et contre tout avec les nouvelles générations…

Source : Le Point 

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *