Cheva-brahot des mariés pendant l’attentat de Tel-Aviv

Voici un message reçu par la journaliste Sivan Rahav Meir, juste après l’attentat de Tel-Aviv jeudi dernier.

Je m’appelle Israël Zeira de la communauté Rosh Yehoudi à Tel Aviv. Nous habitons juste à côté de la rue Dizengoff et au moment où l’attaque a eu lieu jeudi dernier, nous nous apprêtions à célébrer les « cheva-brahot » pour un adorable couple qui s’est marié cette semaine, Hadas et Moshe Chabbat.

Au moment où les mariés sont entrés dans notre salon, nous avons entendu les sirènes des forces de l’ordre et des secours arrivés sur les lieux.

« A Nissan ils ont été délivrés et à Nissan ils seront délivrés ». C’est par ces mots que j’ai introduit la soirée puis j’ai fondu en larmes. Nous avons tant besoin de rédemption ce mois-ci !

Hadas a découvert notre communauté lors des prières de rue sur la place Dizengoff pendant les confinements. C’est là aussi qu’elle a rencontré sa moitié, Moshe. Je les ai regardé tous les deux, ainsi que leurs proches. Certains étaient stressés et paniqués et se demandaient ce qu’il convenait de faire.

La cérémonie des cheva-brahot continue

Nous avons décidé de poursuivre notre soirée. Le rêve du terroriste est que cet événement nous impacte, que nous ne parvenions pas à nous rejouir avec ce couple et pour cette nouvelle maison d’Israël. Alors nous avons continué. Nous avons honoré le couple, mangé, joué et dansé. Nous avons choisi la vie.

Chaque fois que nous avons jeté un coup d’œil à nos portables, nous avons décidé qu’il valait mieux le mettre de côté et continuer à nous préoccuper de ce qui se passait à l’intérieur. Nous avions le sentiment qu’en agissant ainsi, nous donnions des forces à ceux qui étaient en train de rechercher le terroriste.

Moriah mon épouse, les enfants et moi avons déménagé à Tel Aviv de Ma’ale Hever, un « ychuv » (village) situé au sud de Hébron. Autant dire que nous ne sommes pas très habitués à ce qu’on nous appelle de là-bas pour nous demander comment nous allons ici à Tel-Aviv et à devoir nous enfermer dans nos maisons. Mais, ces dernières semaines nous ont rappelé à quel point nous sommes tous proches.
Beer Sheva, Hadera, Bnei Brak et ce soir Tel Aviv aussi.

Pour Kabbalat Chabbat, nous avions prévu un grand rassemblement sur la place Dizengoff. Tout le monde était invité.

Nous étions tous là pour prier pour l’élévation des âmes des victimes, pour la guérison des blessés et pour être ensemble après la dure nuit que nous avons traversée. Et pour redonner la vie à l’endroit où cette nuit on a semé la mort. »

Chavoua tov de Dizengoff.

Sivan Rahav-Meir

Sivan Esther Rahav-Meir est une journaliste, reporter, publiciste et présentatrice de télévision et de radio israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.