Cessez-le-feu? La balle dans le camp Moscou/Damas

L’annonce du vice-président américain Mike Pence à Ankara, le jeudi 17 octobre, selon laquelle la Turquie avait accepté un cessez-le-feu de 120 heures n’a surpris que ceux qui ont crédité les déclarations erronées sur les “succès” de l’opération d’une semaine menée par la Turquie contre les Kurdes du nord de la Syrie . Lors de discussions directes avec Pence et le secrétaire d’État Mike Pompeo, Erdogan s’est rendu compte qu’une trêve était son meilleur pari pour éviter une débâcle.Lire la suite sur jforum.fr