Ces personnalités juives de l’Espagne musulmane

De la conquête Musulmane de l’Espagne en 711, aux invasions Almohades en 1172, de nombreux Juifs, savants, érudits, rabbins, poètes, médecins, mathématiciens, astronomes, philosophes s’illustreront pendant des siècles et apporteront une contribution majeure au savoir dans le monde de l’époque. A l’étude des sciences, au commerce et aux relations diplomatiques transfrontières, s’ajouteront les​ traductions des textes arabes en langues romanes. Par Pierre Mamou.

Ce que l’Espagne musulmane doit aux Juifs.

De Hasdai Ibn Shaprut (915-970) 

Médecin du calife de Cordoue, quasi vizir responsable des affaires étrangères, il conclut de nombreux accords avec des pays étrangers. Mécène, il soutient les académies babyloniennes de Sousa et Poumebedita. Il fait connaitre l’œuvre de Saadia Gaon et établit une correspondance avec le roi Khazar Joseph.

Yona Ibn Jannah (990-1050)

Considéré comme la plus importante autorité rabbinique du moyen âge, il milite pour réconcilier l’étude de la Thora avec les découvertes des sciences profanes.

Salomon Ibn Gabirol (1020-1058)

Philosophe rattaché au néo-platonisme dont l’œuvre a influencé la scolastique chrétienne. Auteur du piyout-poème « Shachar Avakeshcha » qui fait partie du répertoire chanté par les Séfarades et les Juifs d’Afrique du nord les jours de fête ainsi que de nombreux poèmes dont Adon Olam. Il assimile la pensée gréco-arabe et la répand en occident.

Bahya Ibn Pakuda (1050-1120)

Son œuvre principale est le guide des devoirs du cœur. Premier système Juif d’éthique parut en 1040 en langue arabe. Il fait aussi la compilation des enseignements éthiques Juifs en un système cohérent. Ibn Pakuda rédige le « Hovot ha-Levavot » très populaire parmi les Juifs du monde entier dont certains passages sont récités à Rosh Hashana, le nouvel an juif. Son œuvre insiste le plus clairement sur l’amour, havre suprême et but ultime des accomplissements de la Thora.

Juda Halevi (1075-1141)

Surnommé « le chantre de Sion ». Il  parcourt l’Espagne et se lie à Abraham Ibn Ezra et compose de nombreux poèmes. Obligé d’errer de ville en ville suite aux persécutions qui découlent des rivalités entre musulmans et chrétiens, il exprime sa souffrance dans ses élégies. Lassé de la poésie de cour face aux intolérances apparues en Espagne, il rêve de la restauration de Jérusalem. ​Partisan du retour à Sion, il prend la route de la terre sainte. Enfin, il arrive en Egypte où il est accueilli chaleureusement. Mais il meurt en 1141 avant d’avoir pu vivre à Jérusalem. 

Abraham Ibn Ezra (1092-1167)

Réputé comme poète et penseur dans son Espagne natale, il voyage avec Juda Halevi dans les communautés d’Afrique du nord. Grand voyageur, il énumère les communautés juives détruites en Espagne et en Afrique du nord par les Almohades. Puis de passage à Rome, il traduit ses livres en Italien afin de propager la science judéo-espagnole. Il ira ensuite en Provence où Juda Ibn Tibbon de Lunel attestera de l’importance historique que prit pour les Juifs de Provence le séjour d’Abraham Ibn Ezra dans le sud de la France. Il se rend dans le nord de la France en 1158 où il rencontre le Rashbam le petit fils de Rachi qui dirigeait une école rabbinique. Enfin, il séjournera en Angleterre à Londres et à Oxford.

Moise Maimonide

Figure majeure du judaïsme, il a aussi influencé les mondes arabo-musulman et chrétien. Surnommé par Thomas d’Aquin « l’Aigle de la synagogue ». Moise Maimonide dit le Rambam naquit en 1138 à Cordoue en Espagne. C’est alors une ville carrefour des cultures et des religions qu’il fut obligé de fuir avec sa famille suite aux persécutions des islamistes almohades. Il s’exila d’abord à Fès au Maroc. Puis après un bref séjour à Saint Jean d’Acre, il s’installa à Fostat dans la banlieue du Caire.

Grand érudit, philosophe, médecin et théologien, il priait en hébreu, pensait en Grec et écrivait en Arabe. Il est l’auteur du guide des Egarés. C’est en hébreu qu’il rédigea le Michné Thora, code de la loi Juive ouvrage magistral réalisé entre 1170 et 1180 ; composé de 14 livres. C’est ainsi le seul ouvrage écrit jusqu’à ce jour traitant de l’observance du judaïsme en reprenant chaque loi et les enseignements talmudiques.

Médecin attitré de la famille du sultan Saladin, il fut nommé rais al Yahoud (chef de la communauté Juive du Caire). En outre, ses écrits influenceront la rédaction du Choulhan Arhoukh de Rabbi Yossef Caro et au delà Albert Le Grand, Thomas D’Aquin, Spinoza puis Moise Mendelssohn. L’étude en profondeur du Michné Torah connut un regain dans le judaïsme Lituanien de la fin du 19ème siècle. Par ailleurs, à Brooklyn le dernier rabbin de Loubavitch institua la pratique quotidienne du Michné Thora dans les Yechivots du mouvement Hassidique Habad. Enfin, en 2021, Maimonide intègre la liste officielle des auteurs au programme du Baccalauréat de philosophie de l’éducation nationale Française. Maimonide décède en Egypte en 1204 et il est enterré à Tibériade.

Mon livre sur l’histoire des Marranes est sorti. Il peut vous être livré à votre domicile. Adressez un chèque de 15 euros (prix du livre port compris) à l’INSTITUT DE RECHERCHES MARRANES : 47, rue du Caire, 75002 Paris.

Ou par paypal en envoyant 15 euros à [email protected] avec votre adresse postale.

Pierre Mamou

Pierre Mamou est né à Tunis qu’il quitte adolescent mais où il garde de nombreux amis et relations.Il choisit une carrière dans le commerce international qui lui permet de voyager dans le monde entier ,notamment en Chine et en Inde,mais sa véritable passion est d’aller à la rencontre des communautés Marranes,ces Juifs Espagnols obligés de se convertir ou de s’exiler il y a 5 siècles.Chaque mois il nous fera un récit historique et racontera ses rencontres d’Amsterdam à Livourne, de la Jamaïque à Goa en Inde à la découverte des communautés Marranes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.