Ce que vous raconterez à vos petits-enfants sur l’épidémie de Covid-19

Traduction d’un texte de l’anglais que nous avons bien apprécié et qui prête à réflexion:

Enfant: « Quel âge as-tu, grand-père? »
Grand-père: « J’ai 81 ans, mon cher enfant »
Enfant: « Dans ce cas là, tu étais déjà né au moment du Covid 19, n’est-ce pas? »
Grand-père: « Oui, c’est exact. »
Enfant: « Wow, ça devait être terrible, grand-père: nous l’avons appris à l’école cette semaine.

Ils nous ont raconté que toutes les écoles étaient fermées. Et que les parents n’allaient pas au travail. De ce fait, la situation économique était difficile et vous ne pouviez plus vous permettre des belles choses.
Ils nous ont dit aussi que vous n’aviez pas le droit de sortir ni de visiter vos amis et votre famille.
Ils nous ont raconté la difficulté de faire les achats de première nécessité et que beaucoup de produits étaient en rupture. Que vous n’aviez plus assez de pain, de farine et de papier toilette.
Ils nous ont dit que les vacances d’été ont été annulées. Et aussi, ils nous ont parlé de tous ces milliers de gens malades et malheureusement de ceux qui sont morts.
Ils nous ont expliqué que les médecins, infirmières et soignants travaillaient sans relâche et que beaucoup d’entre eux sont morts aussi.

Une période terrible ?

Enfant: Grand-père, c’était terrible ce que vous avez vécu! »

Grand-père: « Écoute, tout ça est bien vrai. Mais saches, je connais cette réalité uniquement parce que je l’ai lu moi aussi dans les livres; mais plus tard, quand j’étais grand.
Parce que pour être tout à fait franc, mon cher enfant, moi je m’en souviens autrement…

Je me souviens avoir joué dans le jardin pendant des heures avec papa et maman et avoir fait des pique-niques à l’extérieur et pleins de barbecues.
Je me souviens avoir fait pleins de choses comme pêcher avec mon père et cuisiner avec ma mère.
Je me souviens avoir fait des châteaux forts et appris à faire des prises de main et des sauts arrière. Je me souviens d’avoir passé du bon temps avec ma famille.
Je me souviens que les mots préférés de maman étaient devenus « Hé, j’ai une idée … »
Plutôt que « Peut-être plus tard ou demain, je suis un peu occupée ».
Je me souviens avoir fait notre propre pain et pâtisserie. Je me souviens d’avoir eu une soirée cinéma trois ou quatre fois par semaine au lieu d’une seule.

Ce fut une période horrible pour beaucoup de gens, tu as raison.
Mais je m’en souviens différemment.  »

Rappelez-vous comment nos enfants se souviendront de ces moments.
Gardez le contrôle des souvenirs qu’ils créent en ce moment, de sorte qu’à travers tous les titres horribles et les histoires émotionnelles de tant de gens qu’ils viendront à lire dans les années à venir, ils puissent se souvenir des moments heureux.

Auteur inconnu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *