Ce que les médias ne diront pas sur la « marche du retour » à Gaza

Alors que les médias de la planète se concentre sur les victimes gazaouites, les émeutiers tentent chaque vendredi de vandaliser la clôture, d’allumer des incendies, de lancer des cocktails Molotov et des cerfs-volants en territoire israélien. Les cerfs-volants ont causé un certain nombre d’incendies le long de la barrière de sécurité et dans les localités voisines. Les forces de Tsahal ont riposté en tirant sur les émeutiers. Ci-après les principaux incidents :

Avez-vous lu les faits suivants dans les médias occidentaux ? Si tel était le cas, merci de l’indiquer au bas de cet article dans la partie commentaire.

Le 18 avril 2018

Cinq Palestiniens suspects se sont approchés de la barrière de sécurité à l’Est de Khan Yunis. Au moins un était armé. Une force de Tsahal a ouvert le feu. Les Palestiniens avaient prévu de placer des engins piégés et divers autres objets près de la clôture pour attaquer les forces de Tsahal (Ynet, 18 avril 2018).

Le 22 avril 2018

Deux Palestiniens ont tenté de vandaliser la clôture près de Khan Yunis. En réponse, une force de Tsahal a tiré et les a légèrement blessés. Les Palestiniens ont fait état de deux hommes blessés dans la région à l’Est de Khirbat Ikhza’a (Wafa, 22 avril 2018).

Le 23 avril 2018

Quatre Palestiniens ont franchi la barrière de sécurité et se sont infiltrés en territoire israélien. Les forces de Tsahal les ont poursuivis et les ont détenus pour les interroger. Ils n’étaient pas armés (Page Facebook Red Alert, 24 avril 2018).

Le 24 avril 2018

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté deux Palestiniens qui avaient franchi la barrière de sécurité. Ils s’étaient infiltrés en territoire israélien. Ils ont été transférés pour être interrogés (Page Facebook Red Alert, 24 avril 2018).

Nouvelle tactique

Les organisateurs de la marche tentent actuellement une nouvelle tactique. Depuis le 27 avril, ils déplacent les tentes de plusieurs mètres vers la barrière de sécurité. Leur intention est que d’ici le 15 mai, lorsque les événements auront atteint leur apogée, les tentes auront été déplacées très près de la clôture. Divers comptes Twitter ont documenté le mouvement des camps de tentes vers la frontière (Comptes Twitter Shihab et Palinfo, 19 avril 2018).

Khaled al-Batsh, coordinateur de « l’autorité nationale suprême de la grande marche du retour » et figure majeure du Jihad Islamique Palestinien (JIP), a annoncé le déplacement des tentes de 50 mètres comme première étape. Ce qui, selon lui, a permis de progresser vers le soi-disant « droit de retour ». En outre, cela montre, estime-t-il, l’adhésion du peuple palestinien à ses objectifs (Filastin al-Yawm, 18 avril 2018).

Les groupes palestiniens continuent d’insister sur le fait que la « grande marche du retour » atteindra son apogée le 15 mai (Journée de la Nakba). Ils appellent le grand public à participer aux activités (Wafa, 23 avril 2018). Lors d’une conférence de presse de « l’autorité nationale suprême de la grande marche du retour », il a été déclaré que le 15 mai 2018, tous les manifestants se déplaceraient vers la barrière de sécurité. Ils couperont les barbelés et appeleront la communauté internationale à les protéger (al-Aqsa, 17 avril 2018).

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Une pensée sur “Ce que les médias ne diront pas sur la « marche du retour » à Gaza

  • 8 mai 2018 à 11:26
    Permalink

    Bien sûr que non il n’y a rien dans les journaux concernant les risques réels encourus par l’armée et les civils israéliens dans la presse européenne !
    Par contre, on peut lire une ligne ici et là dans la presse américaine mais à très petites doses.

    Un exemple du type d’info que nous ayons par exemple ce matin, en bandes passantes : « Le soldat franco-israélien qui avait achevé un palestinien, vient d’être relâché après 9 mois de prison. »

    C’est tellement partial et mensonger dans son écriture que nous nous demandons cher David comment il est encore possible que certaines stars de la presse écrite telle Gendron ou Smolar puissent encore exercer en Israël ?

    Serions-nous à ce point masochistes pour laisser ces journaleux écrire n’importe quoi ?

    Mieux encore, Gendron qui vient de se commettre dans un article sur Libération concernant le Giro (je te conseille de le lire, c’est à vomir), n’a pas de souci grâce à JOFFRIN (véritable patronyme Mouchard, ça ne s’invente pas !) et surtout à l’argent d’un certain Patrick Drahi.

    Patrick Drahi qui a licencié Paul Amar de sa chaîne I24 News parce que trop…sioniste ? Il me l’a confirmé lors de notre marche après le crime de Mireille Knoll à Paris.

    Patrick Drahi qui est le parfait exemple du businessman qui n’a plus d’âme juive, pas même un micron.

    C’est donc à partir d’Israël cher David, pays dans lequel il a mis de l’argent pour acheter un quartier entier de Tel Aviv que ton travail de journaliste commence.

    Drahi est vraiment un sale type ! Son épouse chrétienne orthodoxe l’aurait-elle quelque peu…influencer ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *