Ce que je voulais vous raconter pour Yom Haatsmaout. Par Sivan Rahav Méir

Je reçois de plus en plus d’histoires d’anciens Israéliens qui reviennent au Pays. Voici ce que m’a écrit hier soir Mirit Anaf.

« Je suis arrivée en Amérique il y a une dizaine d’années. J’ai travaillé dans des points de vente mobiles dans les centres commerciaux, je me suis enrichie petit à petit, je suis devenu accro au « rêve américain », j’ai obtenu un permis de travail (green card). Comme tout le monde, je me suis dit que je reviendrais bientôt, mais je n’en avais pas vraiment l’intention. Le Coronavirus m’a fait changer de direction.

Ce n’est pas seulement le fait qu’en Israël la crise est bien gérée, c’est surtout le sentiment du manque d’appartenance. Lorsque toutes les fêtes ont été annulées et tous les magasins fermés, je me suis retrouvée seule avec une question poignante : où est ma vraie maison ? Ce fut la décision d’un instant, à la veille de Pessah. Avec mon amie Hadas, nous avons rapidement emballé nos affaires et nous sommes parties à l’aéroport.

Un billet simple

J’ai les larmes aux yeux quand j’écris sur mon « Aliyah », mon retour au pays. Les employés du ministère de la Santé et les soldats du Front intérieur étaient humains et sensibles avec nous, ils nous ont emmenés à l’hôtel Olive Tree. Lorsque le test corona s’est avéré positif, ils m’ont mise dans un centre médical avec d’autres personnes contaminées comme moi, Je n’avais pas de sécurité sociale, et pas de papiers en règle. J’ai reçu un traitement dévoué, c’était inimaginable. Même une personne comme moi, qui a « trahi », est accueillie ici avec tant de soin.

Dans la parasha de chabbat dernier, Tzira-Metzora, nous avons lu comment se garder de la médisance, de la calomnie Nous savons tous comment nous plaindre du pays, expliquer à quel point la vie est difficile ici, et énumérer tous les inconvénients qui existent. Depuis mon retour, ma façon de voire les chose a complètement changé. Combien d’amour il y a ici, quel professionnalisme, quelle gentillesse, combien d’attention et quelle sainteté.
Oh, et contrairement à toutes mes visites précédentes, cette fois ci – j’ai acheté un billet aller simple.  »

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah qui est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *