Ce que j’ai vécu chabbat dernier en Israël. Par Sivan Rahav Méir

Il y a aussi de tels instants en Israël en ce moment.

« Chabbat dernier, des policiers sont arrivés dans notre synagogue. Comme lors de tous les derniers Chabbats, nous avons prié sur l’esplanade à l’extérieur de la synagogue, avec la nostalgie de l’ambiance de Chabbat avant que le monde soit devenu fou…Pour dire la vérité, j’ai d’abord hésité à venir à l’office…mais j’ai ensuite pensé que c’était Chabbat Berechit (du nom de la première section hebdomadaire de la Tora) et qu’il serait approprié que j’écoute les beaux versets relatant la création du monde. Je me suis habillée, j’ai préparé les enfants et je me suis rendue à la place improvisée réservée aux femmes.

Sur cette esplanade, il y avait plus de fidèles que d’habitude. C’était le Chabbat Bar Misva (majorité religieuse) d’un garçon non pratiquant et toute sa famille, émue, s’était jointe à notre office. A ce moment, un policier et une policière débarquèrent. A leur crédit, je dirai qu’ils sont arrivés pratiquement sans faire de bruit et j’ai vu qu’ils diminuaient discrètement le volume du talkie-walkie qu’ils portaient à la ceinture.

L’assistance était embarrassée. En dépit du fait que chacun portait un masque et observait la distance réglementaire l’un de l’autre, on sentait néanmoins de l’embarras… Ils demandèrent combien de temps durerait encore la prière et on leur expliqua que dans quelques minutes, le jeune Bar-Mitsva terminerait la lecture de la Tora. La policière se tourna alors vers la mère de l’enfant et lui demanda que les invités quittent l’endroit tout de suite après la fin de la lecture de la Tora. Ce qui fut fait.

« Restez encore deux minutes avec nous »

Toutefois, alors, un moment avant le départ de toute la famille du jeune Bar mitsva et que les policiers remontent dans leur voiture de patrouille, le Rabbin Hayim Idles, un ‘Hassid de Gour, se leva et dit aux policiers: Messieurs, restez s’il vous plaît encore deux minutes avec nous. Nous tenons à vous remercier de tout cœur du fait que vous veillez sur nous et que vous faites preuve de compréhension à notre égard. Merci beaucoup! Il se mit à les applaudir et tout l’assemblée se joignit à lui. Puis, il poursuivit: Chaque Chabbat, nous bénissons les soldats et les forces de sécurité et, aujourd’hui, nous tenons à bénir vous deux en particulier.

Imaginez vous un policier et une policière, à côté de fidèles de tous les secteurs de la population avec un Rabbin en caftan, portant un grand chapeau hassidique, en train de réciter la prière suivante: Que celui qui a béni nos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob bénisse également les soldats de l’armée de défense d’Israël, ainsi que les forces de sécurité qui défendent nos frontières et nos villes saintes , des confins du Liban jusqu’au désert d’Egypte, de la Mer Méditerranée jusqu’à la Aravah, sur terre, dans les airs et sur mer…

Un instantané de plus pour le futur musée du corona. »

Sivan Rahav Meir est une journaliste de renom au sein de la 12e chaîne de télévision israélienne. Chaque jour, elle offre un petit enseignement de Torah. Il est diffusé un peu partout dans le monde dans une dizaine de langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *