Ce fut ma fête de Chavouot à Jérusalem

Alors, comment s’est passée la fête? par la journaliste Sivan Rahav-Meir.

La fête de Chavouot à Jérusalem. Voir des dizaines de milliers de personnes, au milieu de la nuit, étudier la Torah. Des conférences et des cours, des études à 2 en havrouta ou dans la récitation du traditionnel tikoun de la nuit de Chavouot. Et aussi, pas mal de parents et d’enfants assis étudiant ensemble, jusqu’à ce que l’un d’eux s’endorme (et généralement ce n’est pas l’enfant…).

Voir des dizaines de milliers de personnes affluer vers le Mur Occidental, à quatre heures du matin. Ainsi, ils débarquent de tous les quartiers et de toutes les ruelles,emplissant l’espace et priant très tôt une émouvante prière. A la sortie de la fête, j’ai lu que cette année un nombre record avait été atteint, cinquante mille personnes. Si l’on se tait un instant, on entend dans l’air une variété de styles, de piyoutim et de rites. En voyant ce paysage de fête une femme qui se tenait à côté de moi sur les marches vers le Kotel , m’a dit : « Enfin, c’est comme ça chaque année ? J’ai 30 ans, comment n’ai-je pas su cela avant ? « .

Voir la nuit s’en aller et le soleil poindre… Je ne me souviens plus depuis quand je n’avais pas eu cette chance. Et puis, je ne me souviens pas non plus depuis quand je n’avais pas eu la chance d’être déconnectée du téléphone portable pendant deux jours consécutifs.

Les rencontres de Chavouot

Rencontrer les touristes, d’Israël et surtout de l’étranger, revenir à Jérusalem, et les entendre dire qu’il n’y a pas de chambre disponible dans les hôtels de la capitale, Dieu soit loué. . .
Soyez les bienvenus, nous avions langui d’entendre l’anglais, le français et l’espagnol au Kotel.
Rencontrer également les nombreux réservistes qui sont revenus du grand exercice de Tsahal à Chypre… J’en ai vu au moins quatre qui sont revenus juste la veille de la fête et ont dit la bénédiction du « Gomel » le samedi matin, après une semaine loin de chez eux. .

Voir les nombreuses forces de sécurité en garde, ainsi que les collations que des personnes adorables leur distribuent… Et en général, les stations de distribution d’eau et de nourriture pour tous les pèlerins… Merci à ceux qui ont acheté tant de sucettes glacées colorées et les ont distribuées à la porte de Jaffa. C’était amusant de voir des petits enfants aux côtés de Hassidims âgés se promèner avec une sucette glacée à la main. C’est peut-être une parabole sur la douceur de la Torah…

Et comment on atterrit de toutes ces expériences vécues ? On dit qu’à Chavouot, nous devons prendre sur nous un petit,un minuscule engagement qui est lié à la Torah. Quelque chose de pratique et de positif que nous pouvons tenir. On est invités à essayer.

Bonne semaine, (où ce qu’il en reste).

Sivan Rahav-Meir

Sivan Esther Rahav-Meir est une journaliste, reporter, publiciste et présentatrice de télévision et de radio israélienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.