Cauchemar: Les invités ne sont pas venus à la Bar Mitsva

 

Problème de communication, concours de circonstance, personne ne saura expliquer cette salle au trois quart vide. Eliah, célébrait pourtant sa Bar-mitsva cette semaine dans une salle de Beit Shéan. Une soirée qui a failli tourner au cauchemar. Sauf que…

C’est le scénario catastrophe que l’on ne souhaite à personne. Organiser une grande fête, mettre les petits plats dans les grands et se voir poser un lapin par les invités. Eliah, le jeune Bar-mitsva ne méritait pas cela.

Eliah commençait à désespérer. Une heure et demie après le début de la soirée,  la piste de danse restait quasiment vide. Par un concours de circonstance inexpliqué, la plupart des invités ont boudé sa fête. Une trentaine de personnes, tout au plus,  se sont déplacées.

L’un de ses oncles a alors une idée. Il envoie un message à l’un de ses amis, le commandant de la police des frontières (Magav), basée dans la vallée du Jourdain, tout près de la salle. Il lui explique succinctement la situation et l’invite avec ses hommes aux réjouissances.

« Comme une libération »

L’affaire se présente bien. Ce soir-là, les policiers devaient se détendre et participer à une petite collation à l’occasion de la mutation de l’un des officiers. Changement de programme ! Le pot d’adieu se fera ailleurs. Le commandant des Magav prend les choses en main et dépêche immédiatement ses hommes sur les lieux. Deux autobus sont mobilisés et c’est plus de soixante hommes qui débarquent à la fête.

La Bar-mitsva prend immédiatement une autre tournure comme en témoignent les images ci-dessous. « Nous avons dansé et festoyé jusque tard dans la nuit », raconte l’un des convives. « L’arrivée du contingent des Magav a été comme une libération », poursuit-il. « Ils ont pris en main Eliah et l’ont même invité le lendemain à faire un tour avec eux dans la région ».

Eliah et sa famille se souviendront longtemps de cette soirée. « Finalement, on ne pouvait rêver plus belle fête », raconte sa mère, encore sous le coup de l’émotion. Mazal tov !

 

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *