Dans le bureau du nouveau chef du Hamas à Gaza

Il ne s’est pratiquement pas exprimé devant les journalistes depuis sa nomination en février dernier. Le nouveau chef du Hamas à Gaza a fait le point sur les sujets du moments la semaine dernière, alors que les islamistes du Hamas traverse la pire crise de son existence.

Yahya al-Sinwar, chef du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza, a organisé une réunion privée dans son bureau avec des journalistes palestiniens. Il fait référence aux points suivants :

La lutte contre Israël

le Hamas, selon lui, n’est pas intéressé à entreprendre la lutte contre Israël. Mais s’il est forcé, il est prêt à se battre. Il est possible, dit-il, que les rapports dans les médias israéliens sur les capacités militaires du Hamas soient corrects. Le Hamas a mis en garde Israël de ne pas faire « quelque chose de stupide » contre la bande de Gaza, notant que la « résistance » [cf., les organisations terroristes] a la capacité de répondre. Il a remercié l’Iran pour son soutien continu à la « résistance » et appelé tous les Etats à l’imiter (Page Facebook de Husam al-Dajani, 16 août 2017)

L’arsenal militaire

Le Hamas, le Jihad Islamique Palestinien (JIP) et les autres organisations ont remplacé et amélioré ce qu’ils ont perdu dans l’Opération Barrière de Protection et en ont ajouté de nouveaux. Il a affirmé que le Hamas pourrait surprendre l’ennemi avec de nouvelles armes, de grande qualité, d’une haute précision et d’une portée avancée. Concernant les tunnels, il a dit que le Hamas avait construit plus d’une ville de « résistance » sous terre (Palestine on line, 20 août 2017).

Les relations entre le Hamas et l’Egypte

Il y a eu un « changement stratégique » dans la position de l’Egypte envers le Hamas. L’Égypte a sérieusement l’intention de soulager le siège. Il a rencontré Khaled Fawzi, le ministre égyptien des Renseignements. Les Égyptiens tentent de résoudre la crise dans la bande de Gaza et d’ouvrir le terminal de Rafah, une fois les rénovations finies (Ma’an, 17 août 2017).

La crise humanitaire dans la bande de Gaza et l’ouverture du terminal de Rafah

Le Hamas fait tout son possible pour mettre fin à la crise. Il a précisé que le Hamas a accepté d’acheter de l’électricité d’Israël par l’intermédiaire d’une tierce partie. Il a ajouté qu’ils ont lancé un appel à l’Autorité Palestinienne selon lequel il accepte de dissoudre le comité administratif si Mahmoud Abbas et l’AP font preuve d’intentions sérieuses de parvenir à un accord. Al-Sinwar a souligné qu’aucune réponse n’a encore été reçue. Le terminal de Rafah ouvrira pour le passage des marchandises et des voyageurs une semaine ou deux après l’Aïd Al-Adha (31 août – 4 septembre). Il a ajouté que, dans les mois à venir, il y aura des développements positifs au sujet des taux de pauvreté et de chômage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *