Israël aurait bombardé en Syrie un stock de S-300

Selon la télévision syrienne, Israël aurait visé deux positions près de l’aéroport international dans la capitale. La télévision syrienne et celle du Hezbollah, al-Manar, rapportent que des avions de guerre israéliens ont attaqué deux installations à la périphérie de Damas, près de l’aéroport international et dans la ville de Dimas. Il n’y aurait pas eu de blessés, selon les rapports. Les habitants de la ville de Damas ont dit avoir entendu de fortes explosions.

Les médias occidentaux ont rapporté que l’explosion provenait d’une attaque israélienne. Les sources de sécurité israéliennes ont refusé de commenter. Selon les informations citées dans le site palestinien Zamn press, l’attaque visait un arsenal de roquettes S-300.

b1

L’armée syrienne a confirmé que « des installations militaires ont été endommagées et a déclaré que les bombardements prouvent l’implication israélienne dans l’extension de la terreur. Pris en flagrant délit d’attaque, l’ennemi israélien a exécuté des bombardements sur deux installations sécuritaires cet après-midi dans la périphérie de Damas, et près de l’aéroport international. »

« Cette agression directe a été entreprise pour aider les terroristes en Syrie alors que nos forces ont remporté de grandes victoires à  Zur et à Alep », indique l’armée.

« La télévision d’Etat syrienne elle-même rapporte : « L’ennemi israélien a commis une agression contre la Syrie en ciblant deux zones de sécurité dans la province de Damas, dans la ville de Dimas et près de l’aéroport international de Damas. L’Observatoire syrien pour les droits de l’homme, qui suit le conflit, a confirmé que 10 explosions ont été entendues en tout.

b2

En Juin, la chasse israélienne a frappé des cibles à l’intérieur de la Syrie, y compris une installation militaire, suite à une attaque transfrontalière qui a tué un adolescent israélien. Jérusalem avait confirmé l’époque avoir frappé neuf objectifs militaires à l’intérieur et son voisin du Nord avait confirmé les « tirs directs » de Tsahal

Depuis que le conflit a éclaté en Syrie en 2011, le plateau du Golan a connu une grande tension, avec un nombre croissant de projectiles, principalement « errants », frappant le côté israélien et incitant à des réponses armées occasionnelles.

Au cours des deux dernières années, Israël aurait effectué une série de raids sur des cibles syriennes et sur le Hezbollah, mais n’a jamais officiellement reconnu l’avoir fait.

En mars dernier, les avions israéliens ont attaqué les positions de l’armée syrienne, quelques heures après qu’une bombe ait blessé quatre soldats israéliens sur le Golan, dont un sévèrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *