Bne Brak, le rapprochement tant attendu entre orthodoxes et Tsahal

 

Des orthodoxes reconnaissants qui louent la diligence des soldats. Des remerciements, des sourires envers les militaires. Depuis que Bne Brak vit sous confinement strict, deux populations qui s’ignoraient, se croisent désormais et semblent même s’apprécier.

Bne Brak, « LA » ville orthodoxe d’Israël ! Dans certains quartiers, le Yiddish est de mise et  l’hébreu reste au mieux, la deuxième langue. Inutile de préciser que peu de jeunes s’engagent sous les drapeaux. Mais depuis le début de l’épidémie de coronavirus, un rapprochement inédit se produit entre les militaires de Tsahal et cette population souvent repliée sur elle même.

Ce sont en effet les conscrits qui, depuis 10 jours, subviennent aux besoins de la population locale. Chaque jour, les soldats apportent vivres et produits de première nécessité aux résidents cloîtrés. Les militaires, encore eux, demeurent la seule référence de milliers de personnes âgées dans la ville. Une proximité qui donne lieu à des rencontres aussi inédites que bienvenues.

 

 

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *