Bezeq, les télécoms israéliens, condamné à une amende de 30 millions

Allo ? Loi antitrust : Bezeq condamné à 30.000.000 de NIS. Sans passer par la voie (la voix ?) téléphonique… En date du 27.12.2018, avec pour volonté d’informer les consommateurs, le Ministère des communications vient de publier sur son site les conclusions tirées à l’encontre de la Société Bezeq accusée d’avoir enfreint la loi pour en tirer des avantages financiers substantiels estimés à 23 millions de NIS au minimum pour la période du 31 juillet 2018 au 10 décembre 2018.

Le ministère a également conclu que le préjudice financier causé aux consommateurs et aux autres détenteurs de licence par le « comportement monopolistique » de Bezeq est énorme et représente des dizaines de millions de shekels.

Cette décision intervient après une enquête de plusieurs années qui a confirmé que Bezeq s’était bien opposé à ce que ses concurrents posent leurs câbles de fibres optiques sur ses lignes, les empêchant d’utiliser son infrastructure souterraine, conformément à la loi concernant la concurrence obligatoire.

« Depuis plusieurs années déjà, le ministère des Communications avait prévenu Bezeq qu’il devait ouvrir son réseau national de canalisations, de piliers et autres infrastructures à ses concurrents afin de leur éviter la bureaucratie, les coûts élevés et les énormes bouleversements causés au public par l’obligation de creuser pour créer ses propres réseaux souterrains. »

A contrario, comme rapporté par l’Autorité Antitrust, la Sté Bezeq avait contraint ses concurrents à couper et reconnecter leurs fibres optiques en plusieurs points situés entre le regard et la maison du client, ce qui avait non seulement entraîné des coûts supplémentaires, avait affecté la qualité des réseaux rivaux, mais avait obligé ces concurrents à perdre du temps et de l’argent, obligés de demander des autorisations aux autorités locales et aux associations de propriétaires pour effectuer des travaux d’excavation coûteux.

Etonnante disparition :

Alors qu’au mois de mars, (déjà assignée à résidence pour problème de corruption dans l’affaire Elovitch-Netanyahou), il avait été question que « L’Autorité antitrust » soumette Mme Stella Handler, la PDG de l’entreprise Bezeq, à une amende de 700 000 NIS pour avoir participé aux infractions présumées…
Bizarre… Envolée ?

Elle n’apparait pas dans cette publication officielle !

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *