B. Obama prend la défense de l’Islam dans son discours face au Congrès

Lors de sa tournée d’adieux devant le Congrès réuni au complet, Barack Obama a tenu un discours où il a tenu à défendre l’Islam dans ce qui constitue sa dernière allocution sous la coupole du Capitole.

Barack Obama a répété que les Américains devaient solennellement rejeter « toute politique qui vise les personnes en raison de la race ou de religion », comme il l’avait fait après l’attentat islamiste de San Bernardino, où 14 civils avaient été assassinés. « Ce n’est pas une question de rectitude politique, c’est une question de compréhension à l’égard de ce qui nous rend vraiment plus forts », a insisté Obama, ajoutant : « Le monde ne nous respecte pas seulement pour notre arsenal. Il nous respecte pour notre diversité, notre ouverture et pour la façon dont nous respectons toutes les religions. »

Pour bien se faire comprendre, le Président américain a ajouté, en référence directe aux déclarations de Donald Trump le mois dernier : « quand les politiciens insultent les musulmans, que ce soit à l’étranger ou nos propres concitoyens, quand une mosquée est vandalisée ou un enfant est injurié, ça ne nous rend pas plus forts, contrairement à ce que prétendent ceux qui s’autorisent à faire ça. Cela nous discrédite aux yeux du monde, et rend nos objectifs plus difficiles à atteindre. C’est une trahison de nos principes et de nos valeurs. »

4 pensées sur “B. Obama prend la défense de l’Islam dans son discours face au Congrès

  • Avatar
    13 janvier 2016 à 22 h 53 min
    Permalink

    Just Trump. Looser. Obamaislam

    Répondre
  • Avatar
    14 janvier 2016 à 0 h 18 min
    Permalink

    Connard celui la, bon debarras

    Répondre
  • Avatar
    14 janvier 2016 à 7 h 00 min
    Permalink

    à la poubelle obamamerde tes larmes de crocodiles ne m’ont pas émue !

    Répondre
  • Avatar
    15 janvier 2016 à 14 h 08 min
    Permalink

    Normalement, si Essav (l’Occident) avait ses valeurs démocratiques vissées au corps, il dénoncerait le faschisme musulman dans toutes ses dimensions. Car enfin, dans les territoires qu’il régit, Essav promeut le droit des femmes, le droit des homosexuels, le refus de la peine de mort etc, toutes choses que l’Islam n’entend pas intégrer dans le corps de ses valeurs. Essav ne se montre critique que vis à vis d’Israel pour étendre le champs des « valeurs » précitées, affichant profil bas sur ces mêmes questions avec les pays musulmans . Offrir la présidence de la commission des droits de l’homme de l’ONU à un saoudien est un cadeau amoral typique d’Essav , qui ne peut pour mieux prendre s’empêcher de donner toutes sortes de cadeaux (même un petit tour chez « Madame Claude » à Paris…..), tous cadeaux qui rapportent gros en terme de contrats juteux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *