Au fait Monsieur le Rabbin, Pourim, c’était à quelle époque ?

 

Question : A quelle époque s’est déroulé Pourim? On parle de tout dans la Méguila sauf du Beit-Hamikdash. Comment l’expliquez vous?

Réponse du Rav Yossef Ben-Shoushan: A vrai dire, il ne s’agit que du Beit-Hamikdash. Pourim se déroule à l’époque ou les juifs avaient commencé à retourner en Israël. Or Aman antisémite dans l’âme, avait procédé par  toutes sortes de manigances au sabotage de ce retour. Et malheureusement, il réussit à arrêter le retour des juifs et la reconstruction du Beit Hamikdash. Alors Mordekhaï qui faisait parti de ces revenants de l’exil en Terre Sainte, retourna en Perse (= Iran) et s’infiltra dans les veines du royaume pour réenclencher ce retour à Tsion.

Mordehaï ne se pliera pas et ne se prosternera pas! ». Comment se permit -il de mettre en danger la vie des juifs en adoptant une attitude aussi arrogante irresponsable, susceptible d’exacerber la haine antisémite ? L’affrontement entre Mordekhaï et Aman n’était pas accidentel. Il s’agissait d’une question de principe: faut-il céder à la cruauté de l’ennemi, ou bien adopter une attitude fière et résolue?

Mordehaï avait compris qu’il ne fallait pas céder! En reculant devant les premières pressions, on va de concession en concession. Par contre, si l’on reste ferme, il est évident que l’on payera un certain prix dans un premier temps, mais on évitera un désastre dans l’avenir.

La faiblesse du peuple paralysé dans son état diasporique

Mordehaï comprit qu’Aman désirait briser peu à peu l’esprit de fierté et d’indépendance du peuple d’Israël. La participation des Juifs au festin d’Assuérus démontrait cette soumission. Les Juifs y étaient quasiment tous présents et ils en avaient publiquement profité, s’engageant ainsi dans la voie d’une assimilation lente qui les mènerait à leur extermination.

Mordekhai, fort du courage enraciné dans l’âme de la nation qui surgit en lui, usa de ce stratagème pour éveiller les forces enfouies dans le peuple d’Israël qui elles seules pouvaient amener à son salut. Et en effet, grâce à cela, il y eut un renversement de situation! Une fois de plus fut vérifié l’évidence que le peuple d’Israël n’est pas une nation faible et craintive, mais forte et courageuse.

Ce n’est donc pas l’attitude « arrogante » de Mordehaï qui entraina le décret de son extermination, mais c’est bien au contraire, face à la faiblesse du peuple paralysé dans son état diasporique, que la témérité de Mordehaï  sauva les Juifs et remit en marche le retour à Tsion et la reconstruction du Beit Hamikdash.

Et Esther a insisté pour pour que cette Histoire soit écrite dans la Bible « Ecrivez-moi pour les générations » a t-elle demandé, afin que le peuple  d’Israël, à travers toutes les générations, sache comment agir dans des situations semblables.

Il serait bon que nos représentants à la Knesset aujourd’hui, s’inspirent tous de la clairvoyance et du courage de Mordehaï dans leur décision politiques face à l’ ennemi Perse actuel ( = Iran) et tous les autres qui nous entourent ou qui vivent dans notre pays, et qu’ ainsi nous puissions exprimer en toute joie notre reconnaissance envers Dieu qui nous donne les forces nécessaires pour contrecarrer leurs mauvais plans envers nous et finalement reconstruire le Beit-Hamikdash, pour le bien de l’Humanité entière.

Pourim Sameah!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *