Arte : un film sur Auschwitz doit-il porter sur la souffrance des SS?

Si je fais un documentaire sur Auschwitz, dois-je aussi faire un reportage sur la souffrance des familles de gardes S.S? ». C’est l’un des commentaires du cinéaste  Joachim Schroeder à propos de la saga qui se poursuit au sujet de son documentaire sur l’antisémitisme européen, Elus et Exclus – la haine des Juifs en Europe. On doit comprendre l’ampleur de ce scandale en sachant qu’en Allemagne, 41% de la population pense qu’Israël agit envers les Palestiniens comme les Nazis ont agi envers les Juifs[1]« .

Ce documentaire de  Schroeder et Sophie Hafner a, à l’origine, été commandité par le producteur franco-allemand d’émissions de télévision Arte, subventionné par l’U.E. Sur le plan opérationnel, c’est la chaîne de ^production WDR – qui fait partie du réseau national public ARD – qui a traité avec les documentaristes. Il sont ont livré leur version finale à WDR qui l’a accueillie sans faire le moindre commentaire. Cependant, Arte a refuser de le diffuser en invoquant des raisons obscures.

Sur ce, le plus important quotidien allemand Bild a montré ce film durant 24 heures, malgré le fait qu’il ne disposait d’aucun copyright. ARD a ensuite diffusé une version édulcorée qui a intégré de nombreuses allégations d’erreurs introduites par WDR à l’intérieur même du film. Il s’agit là d’une déformation majeure sans précédent de la part d’un producteur de film, qui a un droit moral de montrer le film en intégralité. Certaines de ces critiques de la part de WDR étaient parfaitement absurdes,d’autres étaient hautement contestables et contestées[2]. L’observatoire israélien des ONG, NGO Monitor a affirmé sque certains de ces inserts étaient purement diffamatoires à son encontre. Cela a débouché sur un échange d’emails peu convaincants de la part de WDR[3].

 

Lire la suite sur JForum