Arrêtons de nous plaindre de la dépréciation de l’euro face au shekel

Depuis 10 ans le shekel n’a cessé de s’apprécier face à l’euro et au dollar. Aujourd’hui il s‘échange en moyenne à 3,95 contre 1 euro alors  qu’en 2007 il était aux alentours de 5,80 !!!

La Banque d’Israël poursuit  une politique de taux très bas ainsi qu’une stratégie d’intervention active sur les marchés de change dans le but de contenir l’appréciation du shekel. On estime les réserves de change d’Israël à près de 100 milliards de dollars.

Les achats de devises depuis 2008 s’élevant à plus de 60 milliards de dollars. Ce sont des chiffres très importants rapportés à la taille de l’économie israélienne (autour de 300 milliards de dollars de PIB). La croissance de  l’état a été de 3,8% en 2016, alors que l’Europe peine à 1,7%, les états Unis à 1,9%.

La découverte des champs de gaz Tamar et Leviathan en mer méditerranée, la formidable dynamique et revente des Start Up Israéliennes, le taux de chômage à 5,2% (et parfois moins). Tous ces phénomènes renforcent la monnaie Israélienne.

Cette déflation n’est pas une menace pour l’économie israélienne

Malgré la vigueur de l’économie israélienne, l’inflation est négative depuis deux ans. Cette déflation ne trouve pas son origine, comme en zone euro, dans la faiblesse de la demande, mais essentiellement dans la politique du gouvernement visant à introduire plus de compétition dans des secteurs auparavant peu ouverts à la concurrence, comme ceux des télécoms et de la distribution.

Cette déflation  est guidée par l’offre et ne constitue donc pas une menace pour l’économie israélienne. La hausse des salaires et la baisse des prix sont deux facteurs qui tirent la croissance de ces deux dernières années. C’est vrai, cela pourrait freiner l’Alya française ou américaine, et cela ampute le niveau des retraites.

Indéniablement, une baisse de plus de 30% en 10 ans de la parité euro/shekel sur de modestes revenus dans un pays qui ne fait que croître, à clairement des répercussions sur le train de vie. Mais alors, que voulons-nous ? Une faible croissance et aussi peu de perspectives pour l’emploi que la  France ou la zone euro ? Un chômage à 10% ? Une dépendance  énergétique continuelle, et donc des pays du Golfe !!! Un état surendetté ?!!!

Un peu de recul

Non, Israël est le pays du passé, du présent et de l’avenir. Israël est le pays ou tout est possible comme aux états Unis, la plus grande puissance mondiale! Israël est le pays  ou sont réunis les plus grosses têtes mondiales de la technologie militaire, médicale ou agricole.…

La clef USB, le système d’irrigation « goutte à goutte », la capsule endoscopique ou la tomate cerise ne représentent qu’un échantillon de ce qu’apporte ce pays au monde. Je me joins au point de vu de nombreux économistes qui voient un shekel fort à court et moyen terme. Bien sûr, cela pourrait freiner les exportations, mais à toute bonne chose son pendant. Alors souhaitons que cela continue, et tentons de prendre un peu de recul en nous  positionnant au niveau de la « Nation Economique ».

Nous sommes le seul pays au monde ayant véritablement les armes, historiques, pour se projeter dans cette vision. D’ailleurs c’est déjà  que nous faisons, et c’est pour cela que ça marche.

David Boukhabza

David Boukhabza

CEO de la société CAYA HARMONY CAPITAL. Spécialisé dans la recherche et la sélection d'opportunités d'investissements dans le domaine financier et immobilier. Installé en Israel depuis 2 ans, David Boukhabza s'est toujours fixé comme mission principale de rendre accessible les investissements d'ordinaires destinés aux gros investisseurs.

4 pensées sur “Arrêtons de nous plaindre de la dépréciation de l’euro face au shekel

  • Avatar
    4 juillet 2017 à 13 h 06 min
    Permalink

    Pas mal l’analyse, un peu trop sioniste pour moi

    Répondre
  • Avatar
    4 juillet 2017 à 13 h 08 min
    Permalink

    Je ne sais pas comment prendre cet article, sur un plan économique bakhour Hachem pour Israël ! Pour le reste pourquoi le shekel n’est pas introduit comme devise ?
    Tant pis pour les retraites OK ! mais alors il faut aider d’avantage l’Aliya en fonction des revenus, l’économie étant si florissante grâce à D… elle doit aussi servir à aider le retour des juifs du monde entier.
    Surement qu’il y a l’effort de défense et aussi améliorer le niveau de vie des juifs d’Israël mais après !!!
    Le reste du capital ne doit pas servir le capital mais l’homme c’est ce que j’ai appris.
    Pour ma part avec mon épouse nous serions les plus heureux du monde à faire notre Aliya mais vu nos ressources ce serai assez difficile et pourtant 42 ans de travail, alors avant d’écrire il faut aussi réfléchir.
    Ce n’est jamais tout blanc ou tout noir.

    Répondre
  • Avatar
    4 juillet 2017 à 15 h 16 min
    Permalink

    je suis d’accord avec cette article, mais je voudrais rajouter que moi et ma femme rêvons de faire notre alya mais l’immobilier est cher et il nous Est difficile d’acheter !!!
    Avec le cours euro shekel on est pénalisé.
    Comme dit le précédent commentaire c’est pas tout blanc tout noir !!!

    Répondre
  • Avatar
    5 juillet 2017 à 15 h 59 min
    Permalink

    juin 2016 retraite reçu de France 2000 euros soit 8600 shekels, aujourd’hui 2000 euros de retraite reçu de France soit 7800 shekels. Donc une perte net de pouvoir d’achat de 800 shekel soit 15 %. Ou est l’erreur pour les retraités ? En juin 2016 1 € = 1 $. Aujourd’hui 1 € = 1,14 $. Donc l’euro se raffermit et le shekel est toujours bien en dessous de la barre des 4 shekels pour 1 €. La cause l’hyper speculation de nos banques , et qui trinque ? Les retraités et bien d’autres israeliens.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *