Après 20 ans, des mandats d’arrêt émis par l’Argentine contre les suspects de l’attentat

Des mandats d’arrêt internationaux ont été émis par la Haute Cour d’Argentine contre les suspects des attentats de 1992 de l’ambassade d’Israël à Buenos Aires. 29 personnes sont impliqués dans cet attentat dans lequel des diplomates israéliens ont été tués. Ce week-end, ces mandats d’arrêt ont été transmis à Interpol.

Ils concernent Hussein Mohammed Ibrahim Suleiman, un terroriste du Hezbollah, et Jose Salan Al-Reda, également actif au Hezbollah, qui sont les deux principaux suspects de l’attentat. L’attaque, qui a eu lieu en mars 1992, était l’un des deux grands attentats terroristes ciblant des cibles juives et israéliennes en Argentine dans les années 1990. Deux ans plus tard, le 18 juillet 1994, un terroriste du Hezbollah a fait exploser une voiture piégée devant le centre communautaire juif AMIA dans le centre de Buenos Aires, tuant 85 personnes et en blessant plus de 300. La plupart d’entre eux étaient des Juifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *