Antisémitisme : « Les Juifs doivent se préparer à l’après-corona »

Au cours d’une passionnante discussion sur zoom qui s’est déroulée le 30 juillet 2020, le Prof. Dina Porat, Directrice du centre Kantor pour l’étude du judaïsme européen contemporain de l’Université de Tel-Aviv, est revenue sur un thème brûlant : « L’antisémitisme durant le coronavirus : un phénomène nouveau ? ». Organisée par l’Association des Amis américains de l’UTA (AFTAU), la conférence était animée par sa Présidente, Jennifer Gross.

Dina Porat 30.7.20Professeur émérite du Département d’histoire juive de l’Université de Tel-Aviv, titulaire de la chaire de recherche sur l’antisémitisme et le racisme et également historienne en chef du Yad Vashem, le Prof. Dina Porat est à l’origine des études universitaires sur la Shoah en Israël. Historienne mondialement connue faisant autorité dans le domaine de l’antisémitisme et de l’holocauste, elle est l’auteur de nombreux ouvrages et titulaire de nombreux prix. Elle a été choisie parmi les 50 femmes les plus influentes d’Israël en 2018 par le magazine Forbes.

« L’antisémitisme de la période du covid reflète la peur et l’anxiété »

Dans la première partie de la conférence, elle a tenté de répondre à la question posée dans le titre : l’antisémitisme qui est apparu pendant le covid19 a-t-il vraiment quelque chose de nouveau ?

« Fin février, lorsque la crise du covid19 a démarré, nous avons été témoin des premières tentatives d’accusation des Juifs et de l’Etat d’Israël d’avoir orchestré la diffusion du virus. Nous avons donc décidé de suivre le phénomène. Au début nous pensions qu’il venait essentiellement de l’extrême-droite et des islamistes. Mais nous nous sommes rapidement rendu compte que nous faisions face à un phénomène plus vaste. Le fait de blâmer les Juifs lors d’une catastrophe n’est pas nouveau en Europe. La différence est que cette fois cela venait de plusieurs pays simultanément. Nous avons récolté des centaines de caricatures provenant de 35 pays.

Pendant 8 semaines nous avons émis un rapport hebdomadaire, puis nous avons publié un rapport global. Qu’y a-t-il de nouveau ? L’image traditionnelle du Juif à la face hideuse cherchant à dominer le monde perdure. Ce qui change cette fois c’est sa motivation : les Juifs sont déjà en train de chercher un médicament, et ils attendent que le virus contamine le monde pour le vendre et s’enrichir. Autre point nouveau : l’intensité du phénomène, la laideur des caricatures et leur absurdité, et enfin, leur lien avec l’Holocauste. Par exemple la formule « Holocough », combinaison d’’holocauste’ et de ‘toux’ (‘cough’ en anglais), courante sur les réseaux sociaux, la déformation du slogan ARBEIT MACHT FREI en « La vaccination rend libre », qui associe les personnes qui refusent de se faire vacciner aux Juifs persécutés dans l’Allemagne nazie.

Pourquoi cette association avec l’Holocauste ? parce que l’antisémitisme de la période du covid reflète la peur et l’anxiété. La vie est mise en danger par la maladie, et donc toutes les anciennes superstitions refont surface. L’Holocauste est la pire chose qui soit arrivée dans l’histoire de l’humanité, et donc le corona est comparé avec le pire ».

Jennifer Gross 30.7.20

Question : Pourquoi le phénomène a-t-il « pris » si facilement ?

Réponse : L’image du Juif comme diffuseur de maladies remonte à la Haggadah de Pessach, qui raconte l’histoire de la sortie d’Egypte du Peuple juif qui y était maintenu en esclavage. Très tôt, dès le 2e siècle avant JC est apparu une contre-Haggadah d’origine hellénistique, selon laquelle les Juifs auraient en fait été jetés d’Egypte parce qu’ils étaient lépreux. Plus tard, au 14e siècle, lors de l’épidémie de peste noire, les Juifs, qui étaient le moins touchés parce qu’ils pratiquaient une hygiène rituelle, ont été accusés d’empoisonner les puits. Le Juif symbolise les maladies, les mensonges, mais surtout il incarne physiquement la maladie, ce qui a été une des raisons de la solution finale. Lorsque nous arrivons à la période du corona, l’image du juif comme convoyeur de maladies est donc profondément enracinée, c’est pourquoi elle a si bien « pris ».

« Suivons de près ce phénomène, défendons-nous, mais gardons des proportions »

Notons qu’avec l’affaire George Floyd, la formulation de l’antisémitisme aux Etats-Unis a changé, en s’appuyant sur d’anciennes accusations prétendant que les Juifs ont amené les Noirs aux Etats-Unis pour en faire des esclaves. Dans la même lignée, ce serait la police israélienne qui a appris à son homologue américaine la technique de la strangulation (thèse développée par Roger Waters). Le mouvement BDS diffuse l’idée selon laquelle les Noirs et les Palestiniens partagent le même destin, reposant sur l’union entre Israël et les Etats-Unis. Il faut noter que les mouvements antisémites noirs, comme celui de Louis Farrakhan, ont débuté bien avant le corona.

Antiss virus

Enfin, il faut souligner que l’antisémitisme se caractérise par l’écart entre ce que les Juifs sont réellement et ce que les antisémites pensent qu’ils sont. Cependant, il existe également une forme positive de ce phénomène : ceux qui admirent les Juifs et sont fascinés par leurs capacités intellectuelles. Et il ne faut pas oublier que d’autres également sont accusés de diffuser le coronavirus, comme les musulmans et les Chinois. Donc, suivons de près ce phénomène, défendons-nous, mais gardons des proportions.

Jennifer : Y a-t-il quelque chose que nous pouvons faire contre ce phénomène ?

Prof. Porat : Pour arrêter cela, non, c’est irréaliste. Le problème est causé par la situation. Ce que nous pouvons faire, c’est nous préparer à l’après-corona, lorsque les gens sortiront de nouveau de chez eux : plus de budget alloué à la lutte contre l’antisémitisme, assurer la sécurité physique des communautés, faire travailler ensemble toutes les organisations de lutte contre l‘antisémitisme. 

« Les médias sociaux sont un terrain de choix pour la diffusion de l’antisémitisme »

Jennifer : Pouvez-vous nous parler du Centre Kantor que vous dirigez.

Prof. Porat : Depuis 1992, le Centre Kantor centralise une base de données contre l’antisémitisme dans le monde, ouverte à tous. Une fois par an, à la veille de la Journée pour la commémoration de l’Holocauste en Israël (Yom Hashoah), nous publions un rapport largement diffusé dans la presse, qui sert de base à la politique du gouvernement israélien dans ce domaine, et qui est également reconnu dans le monde. En 2018 notre rapport a été cité deux fois par le Pape. Nous l’envoyons à l’UE et à l’ONU avec qui nous sommes en contact régulier. Nous avons également des relations avec les communautés juives dans le monde depuis de nombreuses années. Mais il faut noter que ces dernières années notre travail devient beaucoup plus lourd qu’auparavant.

Antiss virus 2

Jennifer : Comment peut-on contrôler l’antisémitisme qui déferlent sur les médias sociaux ?

Prof. Porat : les médias sociaux sont un terrain de choix pour la diffusion de l’antisémitisme. On a vu y réapparaitre des expressions qui avaient disparu depuis des années, comme par exemple le rapper Wiley qui a traité les Juifs de serpents sur Twitter, ou bien des formules odieuses comme « Les synagogues sont fermées, les camps sont ouverts ». Mais il y a également une beaucoup plus grande prise de conscience du phénomène qui se traduit par des législations. Par exemple un accord a été signé par l’UE avec 9 serveurs Internet qui se sont engagé à effacer dans les 24 heures toute manifestation d’antisémitisme. Il existe de plus en plus d’outils capables d’identifier l’antisémitisme dans les twittes. Le problème est qu’il y en a beaucoup ! En plus il y a le problème du Darknet, qui utilise des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymat, que nous ne contrôlons pas bien, bien qu’il soit très important d’y parvenir. Et puis il y a toujours de nouvelles plateformes qui apparaissent, comme TiK Tok pour les jeunes, et nous avons besoin d’équipes de plus en plus importantes pour les contrôler.

Jennifer ; Comment répondre aux Juifs qui se disent antisionistes ?

Prof. Porat : aux côtés de l’antisémitisme classique, on constate l’apparition d’un nouvel antisémitisme contre Israël et les Juifs qui le soutiennent. La population de l’Etat d’Israël est composée de 80% de Juifs. Nous constatons récemment que la distinction que nous avions essayé d’établir entre antisémitisme et antisionisme s’efface. L’extrême droite utilise des expressions antisémites classiques pour décrire Israël et les Juifs qui le soutiennent.

Que répondre aux Juifs qui se disent antisionistes ? Si le sionisme est le mouvement de libération nationale du peuple juif, êtes-vous contre le droit d’Israël à un Etat, expression de ce mouvement national ? Et en général, après tout ce que le peuple juif a fait pour l’humanité, devons-nous encore nous justifier ? Si l’on classait tous les pays qui siègent à l’ONU selon leur action pour défendre les droits de l’homme, Israël serait-il si mal placé ? que dire de la Chine ou de l’Arabie saoudite qui pratique l’amputation pour vol ? L’antisionisme est une discrimination qui ne prend en compte que l’Etat Juif en ignorant ce qui se passe dans les autres pays.

Photos: 

1. Le prof. Dina Porat pendant le webinaire

2. Jennyfer Gross pendant le webianire

3. 4. Caricatures antisémites publiées dans le rapport spécial du Centre Kantor sur l’antisémitisme pendant le covid19.

SOURCE : Site de l’Association française de l’Université de Tel-Aviv

Une pensée sur “Antisémitisme : « Les Juifs doivent se préparer à l’après-corona »

  • Avatar
    11 août 2020 à 15 h 36 min
    Permalink

    cette Jennifer Gross n’est qu’une petite conne, et qui parviendrait à éloigner de sa cause même les personnes les mieux disposées… J’avais entrepris la lecture de cet article avec sympathie, et même avec approbation, lorsqu’à la fin je suis tombé sur ce qui suit :
    – COMMENT REPONDRE AUX JUIFS QUI SE DISENT ANTISIONISTES ?
    La question m’intéresse peu, vu que si la totalité des Juifs de mon entourage condamnent l’actuelle politique israélienne ils-et-elles ne sont aucunement antisionistes, mais je persiste à me demander :
    QUE VIENT FAIRE LE COVID LA-DEDANS ?!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *