Alyah: les adeptes de la débrouille…et les autres plus chanceux

Cet été encore, ils arriveront par centaines de France. Il y a les adeptes de la débrouille, avec plus ou moins de succès. Et puis ceux qui bénéficieront d’un filet de protection. Ceux qui arrivent seuls et les autres, plus chanceux, qui ont eu la chance de croiser le représentants de l’Alyah de Groupe.

Voilà, c’est fait, vous avez pris la décision en famille de réaliser votre Alyah. Cela faisait déjà un moment que l’idée trottait dans votre tête. Mais cette fois, c’est la bonne…enfin presque. Il faut dire qu’entrainer toute sa famille dans une telle aventure n’est pas chose aisée. Israël est en nous mais là-bas, personne ne nous attend vraiment…Certes, il y aura les aides du gouvernement en shekels sonnants et trébuchants, l’oulpan, quelques connaissances qui nous attendent. Pour le reste, ce sera « opération solo ». Voilà le constat dressé par 90% de ceux qui s’apprêtent à faire le grand saut.

Sauf que depuis 25 ans, des milliers de familles ont vécu un atterrissage en douceur en Israël avec l’Alyah de groupe (ADG). Ils ont été accompagnés durant deux années dans leurs démarches d’Alya jusque dans les moindres détails (un an avant et un autre après l’arrivée en Israël). Que diriez-vous si l’on vous apportait sur un plateau, des communautés d’accueils en Israël, des écoles sélectionnées et préparées pour vos enfants, avec un programme d’intégration et d’apprentissage de l’hébreu dédiés, comprenant professeurs coordinateurs qui font la navette entre les établissements scolaires et les parents, l’aide aux devoirs en après-midi, etc.

Le grand saut (avec filet) !

Les parents ne sont pas en reste ! En France, ils participent en amont à deux séminaires de préparation, à un voyage d’étude en Israël. C’est au cours de ce voyage largement subventionné qu’ils choisissent leur ville. Ils rencontrent les délégués des municipalités, le personnel enseignant, des représentants des systèmes bancaires, des mutuelles, de la sécurité sociale, des agents immobiliers, les familles d’accueil, les anciens olim. Ils visitent aussi leur futur quartier d’intégration.

A votre arrivée en Israël, un coordinateur par groupe et par communauté d’intégration prend en charge les familles de l’ADG. Il (elle) sera votre « conseiller » pendant une année et plus si affinité. Vous découvrirez un réseau relationnel (et professionnel) particulièrement dense toujours prêt à vous donner le coup de pouce nécessaire dans votre nouvelle vie. Soirées, cours, excursions à travers tout le pays rythmeront votre première année en famille avec l’ADG. Ces rencontres (très) régulières permettront à chacun de récréer un tissu social  et de nouer de solides amitiés dans votre nouveau pays. Progressivement vous vous intégrerez à la société israélienne.

Une réussite presque totale

Avec moins de 1% de retour (en France), l’Alyah de groupe, sous l’égide du ministère de l’Intégration et en coopération avec l’Agence juive, met tous ses budgets à contribution pour vous faciliter la transition. L’ADG représente une réelle opportunité pour toutes les familles qui souhaitent réussir leur Alyah en Israël.

Avant d’entreprendre une Alyah en solo,  renseignez-vous sur toutes les formules ADG-familles. L’une d’entre elles a sans doute été pensée pour vous !

Alyah De Groupe depuis la France (ligne ouverte 24/24) : 01 86 96 93 51

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

7 pensées sur “Alyah: les adeptes de la débrouille…et les autres plus chanceux

  • Avatar
    5 mars 2017 à 8 h 40 min
    Permalink

    A lire absolument, ça changera tout !

    Répondre
  • Avatar
    5 mars 2017 à 9 h 01 min
    Permalink

    Les facilitateurs d’Alyah ! Merci…

    Répondre
  • Avatar
    5 mars 2017 à 10 h 48 min
    Permalink

    Je pense que c est une bonne reponse aux difficultes d integration , cependant , le logement est primordial , et je ne vois pas de solutions sur le court terme ,sauf d habiter dans les villages de  » colons  » selon les termes utilises par nos antisemites diplomes .

    Ensuite ,pour le travail , il ne faut pas s attendre a l embauche dans la meme activite qu en france ,quelle que soient les competences.

    Maintenant pour les ecoles , aucun probleme …

    Par concequent ,l accompagnement des olims pendant 2 ans ,permet de limiter le decouragement , et le retour a la case depart .

    Répondre
  • Avatar
    5 mars 2017 à 11 h 20 min
    Permalink

    Lisez et partagez…c’est de l’or pour l’Alyah !

    Répondre
  • Avatar
    5 mars 2017 à 11 h 24 min
    Permalink

    Je vous souhaite de croiser leur chemin avant l’Alyah, c’est que du bonheur !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *