À l’Assemblée, Valls dénonce «les liens» de La France insoumise avec l’islam radical

LE SCAN POLITIQUE – En marge des débats sur le projet de loi antiterroriste, le député apparenté LREM de l’Essonne s’en est vivement pris à la gauche radicale. Il renoue ainsi avec l’un de ses angles d’attaque favoris.

Par Arthur Berdah

Source : Le Figaro

Il n’entend pas baisser la garde. Engagé dans une lutte sans merci avec La France insoumise depuis plusieurs mois, Manuel Valls a une nouvelle fois durci le ton contre ceux qu’il appelle les «islamo-gauchistes». S’exprimant à l’Assemblée nationale vendredi, en marge des débats sur le projet de loi antiterroriste, le théoricien des deux gauches «irréconciliables» s’est estimé «mis en cause» par le député Alexis Corbière, qui l’a accusé de «parler comme le Front national». Il a tenu à lui répondre «avec la plus grande détermination».

«Je continuerai à dénoncer vos prises de position, vos alliances, les liens avec les Indigènes de la République et avec tous ceux qui, dans les quartiers, représentent un vrai danger. Parce que derrière cela, il y a l’islamisme radical et l’islam politique. (…) On peut se retrouver parfois sur la défense des valeurs, mais malheureusement nous sommes et nous resterons des adversaires parce que vous n’avez pas pris conscience de ce qu’il y a aujourd’hui dans notre société», a-t-il lancé au député de Seine-Saint-Denis.

«Benoît Hamon est ambigu sur ces questions»

Appréciée et applaudie par quelques députés FN, cette saillie n’a rien de nouveau dans la bouche de l’ancien premier ministre. En mai 2016, lorsqu’il était encore à Matignon, Manuel Valls avait en effet accusé la gauche radicale de «capitulations intellectuelles» et d’«ambiguïtés avec les Indigènes de la République». Il s’était également insurgé des «discussions entre Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan» et des «ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de (la) violence et de (la) radicalisation».

Dans l’entre-deux tours de la primaire à gauche, l’élu d’Évry et ses proches ont également attaqué le frondeur Benoît Hamon et son camp sur cette même thématique. «Il y a des ambiguités, il y a des risques d’accommodement (avec l’islam radical) de sa part. C’est un des débats que nous avons à gauche», a-t-il considéré le 24 janvier dernier sur France Info. Sur TF1, le lendemain, il en avait ensuite remis une couche, en répétant que «Benoît Hamon est ambigu sur ces questions».

 

Lire la suite sur jforum.fr