58 femmes palestiniennes assassinées dans des violences domestiques

Les organisations palestiniennes de défense des droits des femmes blâment l’inaction de l’Autorité palestinienne dans l’adoption d’une loi pour défendre les femmes contre la violence domestique, car le meurtre de femmes palestiniennes dans le cadre de la violence domestique est en augmentation.

Selon l’ONG palestinienne indépendante, Women’s Center for Legal Aid and Counseling (WCLAC), sur une période de deux ans (2019-2020), 58 femmes et jeunes femmes palestiniennes ont été assassinées dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris à Jérusalem. . En 2019, 21 cas ont été documentés – un nombre qui est passé à 37 cas en 2020.

Les ONG palestiniennes luttant pour les droits des femmes appellent l’Autorité palestinienne à enfin ratifier les lois qui protégeront les femmes et limiteront la violence domestique :

« Membre du conseil d’administration du Réseau des ONG palestiniennes (PNGO) et secrétaire de l’Association des comités d’activité des femmes à Naplouse, Sana’a Shbeita a souligné que… ‘Les lois… augmentent la conscience de la société concernant les droits, et constituent également un moyen de dissuasion et apporter sécurité et stabilité. Par conséquent, ratifier la loi pour défendre la famille contre les violences limitera les violences faites aux femmes et les protégera ainsi du danger de meurtre.’ »

[Quotidien officiel de l’AP Al-Hayat Al-Jadida , 3 juillet 2021]

« L’absence d’un mécanisme de défense pour les femmes » et « la culture patriarcale qui donne aux hommes la garde des femmes et des jeunes femmes » ont été cités par Tahrir Al-A’araj, directeur général de l’Initiative palestinienne pour la promotion du dialogue mondial et la démocratie « Miftah », comme les principales raisons de la poursuite de la violence et du meurtre des femmes palestiniennes. Elle prévoit qu’« en l’absence de loi pour défendre la famille contre les violences, les hommes de la famille continueront à faire ce qu’ils veulent avec les femmes ».

L’exacerbation du fondamentalisme contre les femmes palestiniennes

Un autre représentant de la même ONG a interprété l’augmentation des meurtres de femmes palestiniennes comme un signe de « l’exacerbation du fondamentalisme » et a sous-entendu l’échec moral de l’Autorité palestinienne en tant qu’« État qui aspire à jeter les bases d’un État de droit et d’une bonne gouvernance.  » :

« L’augmentation du nombre de meurtres de femmes dans la société palestinienne dans des circonstances différentes et des excuses injustifiées et illogiques indique l’exacerbation du fondamentalisme et de l’isolement social… La loi est l’outil juridique pour traiter avec un agresseur dans un État qui aspire à jeter les bases pour l’état de droit et la bonne gouvernance, et ratifier les lois, y compris la loi pour défendre la famille contre la violence. C’est ce qui renforcera la réalisation de la justice et de la sécurité pour les secteurs faibles de la société, y compris les femmes et les jeunes femmes.

[Quotidien officiel de l’AP Al-Hayat Al-Jadida , 3 juillet 2021]

Palestine Media Watch a déjà fait état de crimes d’honneur et de violence domestique dans l’Autorité palestinienne. Bien que l’attention portée à ces problèmes ait augmenté dans l’Autorité palestinienne au cours des dernières années, la seule chose qui pourrait faire la différence – une législation plus stricte – n’a pas été prise en charge par l’Autorité palestinienne. Au contraire, PMW a montré que c’est l’Autorité palestinienne elle-même et souvent ses représentants religieux qui bloquent les choses en disant par exemple aux femmes de ne pas porter plainte contre leur conjoint à la police israélienne, et justifient que les hommes battent leurs femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *