5 questions que personne ne posera à Meyer Habib

A l’avant veille du premier tour des législatives françaises, Coolamnews a posé 5 questions au député sortant de la 8e circonscription des Français de l’étranger, en poste depuis le 10 juin 2013 : Meyer Habib.

  1. Etes-vous en terrain conquis en Israël, vous sentez-vous menacé par le mouvement « En Marche » qui présente une candidate contre vous ?

Je connais évidemment très bien les Français d’Israël, qui sont très nombreux, jour après jour, à me témoigner leur soutien et à m’encourager. Ces témoignages me vont droit au cœur et me donne beaucoup de force. Certains me disent favori mais même si je n’ai pas à rougir de mon bilan, une élection n’est jamais gagnée d’avance.

S’agissant de la candidate investie « la République en Marche », quelles que puissent être ses qualités par ailleurs, elle n’est pas crédible à mes yeux : c’est la n°1 de la section du parti socialiste en Israël, une ancienne collaboratrice de François Mitterrand et de Jack Lang, l’actuel directeur de l’Institut du Monde arabe… Elle a obtenue l’étiquette REM après avoir été déboutée au PS…

La variable clef dans ce scrutin, c’est l’abstention. Hélas, les Français d’Israël se déplacent peu pour voter, bien moins qu’en Italie ou en Grèce par exemple. Il faut dire que le Quai d’Orsay ne fait rien pour aider entre des courriers à Jérusalem portant la mention « territoires palestiniens » ou un nombre restreint de bureaux de vote entraînant de longues files d’attente. Pire encore, alors que dimanche est un jour travaillé en Israël, les bureaux de vote fermeront à 18h contre 19h en Italie et même 20h à Malte. J’ai écrit mardi au Ministre des Affaires étrangères à ce sujet en espérant qu’il retarde l’heure de clôture pour le second tour au moins… On a l’impression que tout est fait pour que les Français d’Israël ne s’expriment pas. Je leur dis haut et fort : DIMANCHE 4 JUIN ALLEZ VOTER AVANT 18 HEURES!

  1. A l’assemblée nationale, êtes-vous perçu comme un député…comme les autres ?

Pour être parfaitement honnête, pas tout à fait. Par mes prises de position et mon style direct, sans langue de bois, je suis devenu de fait le « Monsieur Israël » de la politique française, voire même un peu le député des Français juifs. On a pu me le reprocher, je l’assume parfaitement et si je suis réélu, je continuerai à défendre Israël avec la même force et la même détermination.

D’ailleurs, être proche d’Israël ne m’a jamais empêché de travailler avec la même énergie pour les autres communautés françaises de la circonscription ni, surtout, de me battre sans relâche pour la France. Israël et la France partagent les mêmes valeurs.

Cela dit, avec le temps, j’ai trouvé ma place à l’Assemblée nationale. Quelle que soit la sensibilité politique des uns et des autres, mes collègues députés me respectent et je compte de nombreux amis, surtout à droite mais pas seulement. A part Israël, je suis intervenu sur une grande diversité sujets, qu’il s’agisse d’économie, de fiscalité, des droits des Français de l’étranger ou de la défense des Chrétiens d’Orient.

  1. Un député (sur 577), c’est vraiment utile ? 

C’est très utile pour porter la voix des Français de l’étranger, en particulier des Français d’Israël. Nous nous sentons souvent mal compris et mal aimés par les politiques et les médias. Depuis mon élection, je ne laisse rien passer et m’exprime sans langue de bois. C’est ainsi que j’ai défendu Israël avec force quand il était critiqué pendant la guerre à Gaza à l’été 2014 et que j’étais en première ligne contre la résolution portée par la gauche appelant le gouvernement à reconnaître de manière unilatérale un Etat de Palestine en décembre 2014. Alors qu’on en escomptait 20 à peine, ce sont finalement 151 députés qui ont voté contre, parmi lesquels un seul de gauche. Plus généralement, par mes prises de parole et diverses initiatives comme des délégations parlementaires en Israël, je crois qu’Israël a gagné de nombreux amis à l’Assemblée. Je ne me sens plus aussi seul qu’à mon arrivée.

Pour tous les dossiers touchant les Olim, il est évident que mon mandat ainsi que ma proximité de longue date avec le Premier ministre Netanyahu est un critère déterminant. Sans ça, et sans l’implication exceptionnelle de plusieurs associations, jamais on n’aurait obtenu les équivalences pour les dentistes et les pharmaciens. Il y a quelques jours, Benyamin Netanyahu m’a assuré qu’on allait très vite avancer sur d’autres professions et, surtout, sur la conversion des permis de conduire, un vrai casse-tête pour des milliers de Franco-israéliens. En tant que député j’ai aussi pu lancer la semaine dernière une initiative pour que les banques israéliennes réduisent les commissions exorbitantes qui viennent ponctionner les retraites souvent modestes de nos retraités.

En revanche, il peut être compliqué pour un député d’opposition de faire passer ses propositions de lois et amendements. C’est ainsi que la gauche a systématiquement bloqué mes amendements visant à supprimer les prélèvements CSG-CRDS sur les revenus du patrimoine des non-résidents ou à accroître le budget des bourses scolaires dans le réseau des lycées français à l’étranger… Je suis, en revanche, très content d’avoir obtenu la dématérialisation des certificats de vie dès 2018 car c’était une source d’angoisse pour beaucoup retraités franco-israéliens.

  1. Après l’atroce affaire Sarah Halimi, comment expliquez-vous le silence assourdissant des médias français ? Les Juifs deviennent-ils « encombrants » en France ?

Contacté deux jours après le drame par le frère de la victime, William Attal, dont je suis devenu très proche, j’ai été le premier à comprendre qu’il s’agissait d’un atroce meurtre antisémite sur fond d’islamisme et à m’émouvoir de ce silence assourdissant des médias comme de la classe politique. C’est d’ailleurs moi qui avais informé François Fillon de l’affaire début avril ainsi que Pierre Lellouche, Nathalie Kosciusko-Morizet et d’autres.

Ne pouvant supporter cette indifférence, j’ai pris les choses en main. A ma demande, Maître Gilles-William Goldnadel, un ténor du barreau très médiatique, a immédiatement accepté de représenter la famille.

Je ne m’explique pas ce silence après Ilan Halimi, après Toulouse, après l’Hypercasher. Les médias – hors presse juive – commencent tout juste à en parler mais à reculons. Peut-être à cause du contexte électoral tendu ? Peut-être parce que la police est en cause ? Je l’ignore à ce stade. Je crains que l’on s’achemine dangereusement vers une reconnaissance de l’irresponsabilité pénale du meurtrier. Je n’ai pas à me substituer à la Justice mais je resterai vigilant et, faîtes-moi confiance, je ne me tairai pas tant que la vérité n’aura pas éclaté haut et fort.

  1. L’action dont vous êtes le plus fier durant votre mandat et …ce qui reste inachevé ?

Difficile de hiérarchiser. Tant de choses ont été faîtes en quatre ans.

D’une manière générale, je suis très fier d’avoir clamé haut et fort notre attachement à Israël, à la centralité de Jérusalem. Pour la première fois, j’ai prononcé en hébreu devant un hémicycle plein « LéChana HaBaa Bi-Yeroushalaim ». De même, le 17 janvier dernier, devant une assemblée abasourdie, j’ai rappelé au Ministre des Affaires étrangères cette évidence incontestable : « Jamais un juif ne sera un colon à Jérusalem, ni en Judée ou en Samarie. Jamais ! »

Je regrette, en revanche, qu’on n’ait pas pu avancer plus vite sur les équivalences de diplôme. Les résistances bureaucratiques et corporatistes dans certaines professions sont un véritable scandale que j’ai dénoncé avec force. J’estime que c’est le devoir d’Israël d’accueillir dans les meilleures conditions cette magnifique alyah de France, dont je suis si proche et si fier. Avec travail et persévérance, on a quand même obtenu finalement des résultats et le Premier ministre m’a apporté des garanties solides pour avancer dans les mois à venir.

4 pensées sur “5 questions que personne ne posera à Meyer Habib

  • Avatar
    1 juin 2017 à 12 h 04 min
    Permalink

    Bonnes questions…bonnes réponses !

    Répondre
  • Avatar
    2 juin 2017 à 6 h 59 min
    Permalink

    Quelle est l’action dont vous êtes le plus fier en 4 ans… Avoir parlé l’hébreu à l’assemblée. Monsieur Habib, bravo pour votre énergie mais ce n’est pas une action. Ce sont des paroles… Donc pour l’action ?

    Répondre
  • Avatar
    2 juin 2017 à 10 h 05 min
    Permalink

    Cher Meir Habib je te soutiens, même si voter dans les consulats français me donne la gerbe. Ces lieux de haute trahison avec un sourire poli et inquisiteur.

    Meme si je suis ecoeure par les employeurs francophones qui abêtissent les nouveaux émigrants français, les empêchant de s’intégrer avec honneur et fierté, les utilisant pour bien souvent escroquer leur clientèle francophone…. Ces « employeurs » profiteurs de la situation de non intégration de leurs employés, obliges de se plier a leurs diktats maniaques , pour des salaires inférieurs a ceux pratiques par les israeliens de souche dans les même secteurs …Bref , il y a vraiment beaucoup a faire pour améliorer le nettoyage galoutique du juif français en Israel.

    Le principal étant de parler et comprendre l’hebreu !

    Mais voila, alors que la Start up Nation ne cesse d’inventer intelligemment le futur du monde, les francais d’Israel eux, montent des associations veules et insipides, des federations mettant en exergue le nombril de leurs presidents…..Concrètement on ne peut miser que sur la jeunesse , encore faut il la preserver de garder les mauvaises habitudes et surtout le langage vulgaire et mondialiste des banlieues francaises .

    Beatzlacha Meir Habib, que ce shabbat apporte la plénitude au AAM ISRAEL et ton eletion pour le bien des juifs francophones.

    Répondre
  • Avatar
    2 juin 2017 à 18 h 33 min
    Permalink

    Habib Meir, fais parti de ces gens qui parfois vous horripile, comme quand il vous fait un appel à voter pour ou contre une personnalité politique, ou parfois il est le copain, l’ami à qui on peut faire confiance.

    Personnellement je sais qu’il essaie de faire bouger les choses, mais quand on est pas maître des choses soit en Israël soit France…..

    Pour le reste, dommage qu’il soit à l’UDI mouvement sans âme et à l’électroencéphalogramme plat.

    Donc élire une députée En-Marche ou PS ou UDI, je choisirai le bon copain de la Syna..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *