2019 : Israël reconnait avoir besoin des femmes pour prospérer !

 

Israël découvre enfin que « les femmes constituent des bassins de talents inexploités » (Sic !). On doit cette « extraordinaire découverte » au rapport 2018, issu tout droit d’une étude organisée par la « Start-Up Nation Central » et « Israël Innovation Authority » à propos du capital humain nécessaire dans l’industrie et l’innovation en Israël.

Cette année, ont été réunies pour participer à cette enquête, 362 entreprises qui emploient plus de 82 000 personnes, soit près de 40% du secteur sus évoqué.

En a été tiré un constat qui met en lumière 15 000 postes d’open-tech vacants dans ledit secteur, un important déséquilibre entre la demande et l’offre dans les sociétés de services informatiques et les entreprises de télécommunications, des pénuries qui concernent principalement de dynamiques petites entreprises de 11 à 50 employés et celles de plus de 500 employés.

Le responsable-coupable d’une telle situation ? Le nombre de diplômés universitaires en sciences informatiques et en génie resté pratiquement inchangé depuis plus d’une décennie !

Dans un premier temps, une des réponses a consisté à délocaliser : « Une société sur quatre confirme avoir envoyé travailler une équipe à l’étranger, (l’Ukraine étant le lieu de prédilection) et résultat positif à court terme peut-être, cette solution a permis aux jeunes entreprises israéliennes de se développer, de rester en Israël et de contrôler leurs coûts ».

C’est là que le mot femme apparaît enfin accompagné de ceux d’arabes et d’ultra-orthodoxes !                                                             

En 2018, le ministère du Travail a lancé une entreprise commune avec SheCodes pour offrir une formation gratuite en matière de programmation à toutes les femmes.

Les femmes ne sont que 23% dans des professions technologiques fondamentales telles qu’ingénieurs en logiciel gestion, déclare Aharon Aharon, le PDG « d’Israël Innovation Authority ».

En réalité on peut penser que leur potentiel doit être probablement le double de ce nombre, puisque les filles représentent près de la moitié de tous les étudiants en mathématiques avancées au lycée.

De même, il y a moins d’une décennie, les femmes ultra-orthodoxes ont commencé, elles aussi à étudier (presque) comme les garçons et aujourd’hui, elles sont à peu près 700 nouvelles diplômées opérationnelles chaque année même si elles ont besoin d’une formation supplémentaire pour réduire un réel écart culturel et s’intégrer pleinement au cœur de l’industrie.

Les femmes et … Les Arabes israéliens.

Israël estime qu’un autre réservoir de talents est constitué par plus de 2 000 étudiants arabes qui entrent progressivement dans le secteur des technologies.

A noter qu’une spectaculaire tendance, ces dernières années, a mis plus d’étudiants arabes en rapport avec cette nouvelle technologie que tous les étudiants arabes au cours des 30 années précédentes (2 222 contre 1 598). Aujourd’hui, les Arabes israéliens représentent environ 11% de tous les diplômes universitaires liés aux hautes technologies !

Néanmoins, les deux tiers des entreprises de technologie israéliennes interrogées dans cette enquête (la plupart d’entre elles sont de très jeunes startups comp tant moins de 50 employés) déclarent ne pas avoir un seul employé de technologie arabe et lorsque des entreprises de technologie israéliennes de toutes tailles emploient des Arabes israéliens, ceux-ci représentent environ 3% de leurs effectifs.

Beaucoup plus riches, de grandes entreprises, dont certaines sont des multinationales, emploient beaucoup plus d’Arabes israéliens – environ 8% de leur effectif total en moyenne.

Car encore faut-il pouvoir y mettre le prix.

Une intégration réussie nécessite de combler tellement de lacunes dans moult domaines, que l’on parle de compétences techniques ou pas, de tous les aspects culturels de la vie…

Au début de l’année, le Gouvernement israélien a pris la décision sans précédent de mettre en place un processus très pratique et rapide permettant d’obtenir un visa spécial pour recruter des professionnels expérimentés.  Mais le secteur connaît une croissance si rapide qu’il est impossible d’y « rattraper » la demande…

A moins que des femmes, des Arabes et/ou des ultra-orthodoxes………..

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *