18 couples rescapés de la Shoah, renouvellent leurs vœux

Ce n’est pas tous les jours que 18 couples se marient en même temps, surtout quand l’âge moyen des mariés est supérieur à 80 ans.

C’est un magnifique engagement en faveur de la vie et de l’amour : à ’Holon, 18 couples viennent de renouveler leurs vœux de mariage après plus de 50 ans d’union. Particularité : tous sont des survivants de la Shoah.

Cette action a été sponsorisée par la municipalité et le lycée professionnel de ’Holon. C’est ainsi que les apprentis coiffeurs du lycée se sont chargés de coiffer les couples et de maquiller les dames. Dans le cadre d’un projet sur un an, les élèves rendent régulièrement visite aux survivants. Ils les questionnent sur leur vie et sur le secret de la réussite de leur union. Par la suite, les photographies prises au cours de ces visites sont exposées au musée d’art de ’Holon.

Un morceau de moustiquaire en guise de voile

Rachel et Eliezer Greenfeld, mariés depuis 72 ans, sont l’un de ces couples. « Nous avions 20 ans à l’époque » a expliqué Rachel. « Je suis retournée d’Auschwitz à Lodz pensant que j’y retrouverais un membre de ma famille et c’est lui que j’ai rencontré….  »

A l’époque, la cérémonie de mariage fut des plus simples. Rachel Greenfeld n’avait même pas de voile. « Il y avait beaucoup de moustiques en Pologne et nos amis ont simplement posé sur ma tête un morceau de moustiquaire ». Il n’en reste pas moins que Rachel se rappelle avec plaisir son mariage : « Nous étions jeunes, pleins de vie. Nous pensions que malgré tout ce que nous avions vécu la vie pouvait être belle. Je n’avais plus de famille et il m’a dit : ’Ne sois pas triste. Je serai ta mère, ton père et tes frères et sœurs’. Et c’est ce qu’il a toujours été ».

Si les jeunes couples rêvent d’une luxueuse salle de banquet et de cadeaux coûteux, ces rescapés de la Shoah ont célébré leur premier mariage avec seulement 20 invités. Ils ont également cousu leurs propres tenues. Et si c’était à refaire, ils ne changeraient : «Tant que nous sommes ensemble, rien d’autre n’a d’importance ».

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *