La longue marche de Mr Butcher contre Israël et la déclaration Balfour

Pèlerinage sacré ou cause profane à défendre… Marcher, marcher, marcher 3200 kilomètres est, plus qu’une simple promenade, un message publicitaire qui interpelle !

C’est d’ailleurs exactement le résultat espéré et obtenu par un certain Justin Butcher. Un dramaturge, heureux de se vanter d’avoir réussi un coup de maître pour le centième anniversaire de la déclaration Balfour. Réussir à organiser la « Just Walk to Jerusalem », un parcours de 3 200 kilomètres entre Londres et Jérusalem. En réalité une démonstration de solidarité avec les Palestiniens qui met en relief « le rôle de la Grande-Bretagne dans l’injustice toujours d’actualité dont ces gens souffrent encore à ce jour », selon lui.

Il n’est donc pas question de développer plus avant les moyens employés pour ce faire mais bien plutôt d’informer tout citoyen lambda de la force du soi-disant faible. Mettre en avant une autre facette d’une action qui met au pilori un pays de plus. Un état dit responsable du malheur des gazaouis et autres palestiniens.

Cette fois, c’est de l’Angleterre dont il s’agit. Le tout dernier pays à être accusé de « faire pipi avec le zizi du voisin » ! Une image quelque peu familière, je vous l’accorde mais qui illustre bien la situation d’alors.

Contre la déclaration Balfour: bonne conscience à peu de frais

Il s’agit de se redonner bonne conscience à peu de frais. L’Europe, encore traumatisée par la révélation de son propre passé criminel envers les juifs, a soutenu une idée développée bien avant, dans les années 1897 par un certain Théodore Herzl, (lui-même outré du sort réservé au capitaine Dreyfus) : La création d’un Etat Juif fait d’achats de terres situées en Palestine.

C’est de cette formule dont vont se servir tous ceux qui se savent beaucoup plus antisémites, beaucoup plus antisionistes que propalestiniens mais veulent donner le change…
Ils ont mille fois constaté que de dénoncer le malheur des uns augmente la culpabilité des autres…Une vérité devenue lapalissade qui autorise à ne même plus nommer qui est qui. Les uns étant bien évidement les pauvres palestiniens martyrisés, les autres, les affreux colons israéliens !

C’est ainsi qu’un mélange cosmopolite dont des rappeurs en anglais et en arabe, des fans de chansons d’un nouvel album « Balfour Promise » se préparent pour « la longue marche ».

« Une longue marche » qu’il ne faudrait tout de même pas confondre avec celle que subirent les déportés d’Auschwitz !

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *